La Chapelle-Darblay, site n°1 du papier recyclé en France : une future friche ??

Sauvons la Chapelle Darblay

 

Au nom du plan vert européen, il faut sauver la Chapelle Darblay !

En septembre 2019, l’industriel finlandais UPM, propriétaire de l’usine qui produit du papier journal à partir de papier recyclé, annonce qu’il va revendre le site. Motif : pas assez rentable et coûts de production trop élevés. Pourtant l’usine, grâce à une unité de désencrage, recycle l’équivalent de la consommation de papier, en tous genres, de 24 millions de français.

Depuis, aucun repreneur sérieux ne s’est manifesté (sauf dernièrement une entreprise belge) et, semble-t-il, la crise de la Covid 19 n’a rien arrangé. Pourtant le site est viable et la technologie utilisée vertueuse sur le plan de l’économie circulaire.

Faudra-t-il se résigner à brûler le papier recyclable ou le vendre à plus offrant ?

Alors, au nom de la rentabilité et parce que le papier journal n’a plus la cote, il serait impossible de trouver une solution ? Et alors ? Pourquoi ne pas fabriquer à la place du papier carton ? Cette solution requiert la mobilisation de 80 millions d’euros, d’après l’article de Claire Garnier, journaliste aux Échos et correspondante du journal pour Rouen.

Soutenons la mobilisation actuelle ! Le site ne doit pas fermer en juin 2021…

Parce que le green deal européen n’est pas un vain mot (le plan vert qui doit accélérer la transition énergétique, une des priorités de la Commission européenne et du Parlement européen de 2021 à 2027), nous appelons les adhérents du Mouvement européen 76 , avec les élus de bon nombre de territoires et bien sûr des intercommunalités, avec les travailleurs du site menacés dans leurs emplois, leurs syndicats, avec les arbres menacés dans leur existence (car tout se tient), nous appelons nos ami(e)s à s’informer, et à se mobiliser  pour que la Chapelle Darblay puisse vivre.

Hubert Camier, André Calentier, Jean-Marc Delagneau, Charles Maréchal, Philippe Penot, Alain Ropers, Hélène Van de Walle, adhérents et militants du ME76.

 AVEC L’EUROPE, DÉFRICHONS LE PASSÉ et surtout DÉCHIFFRONS L’AVENIR!

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/chapelle-d-arblay-1615319804

https://www.lesechos.fr/pme-regions/normandie/derniers-espoirs-de-reprise-pour-la-papeterie-de-chapelle-darblay-1296897

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/chapelle-darblay-plusieurs-maires-de-france-mettent-la-pression-sur-emmanuel-macron_40097292.html

L’Union européenne et son économie face au Covid-19 : l’heure de vérité

Au delà des conséquences sanitaires du Covid-19, les conséquences économiques seront lourdes; selon la durée de la crise elles entraineront une récession estimée de 2 à 6% du PIB européen. Les mesures prises par la BCE et les états suffiront-elles?

L’Union peut éviter le choc de la récession:

La BCE a prévu de racheter pour  1000 milliards de dettes aux Etats; le carcan des 3% de déficit du pacte de stabilité a été mis entre parenthèses, même en Allemagne. Des plans de relance de l’activité par état ont déjà été mis en place.

Il faudra aller plus loin, plus fort, plus solidaire et tous ensemble! 2 solutions peuvent s’offrir, en ce qui concerne la dette des états de l’Union à venir.

En utilisant les instruments financiers qui existent

Soit recourir au Mécanisme Européen de Stabilité, ce que n’a pas exclu Mme Merkel récemment (fonds doté de 400 milliards d’euros créé à la suite de la crise de l’euro) pour aider les états qui n’ont plus aucune marge de manœuvre pour emprunter, dont, par exemple l’Italie atteinte par une crise sanitaire et économique extrêmement grave, sans parler des aspects politiques.

Soit émettre des corona-bonds, c’est à dire des obligations européennes permettant de mutualiser la dette, solution que refusent actuellement

Un pour tous
tous pour un!

l’Allemagne, l’Autriche et les Pays – Bas, mais que réclament 9 états de l’UE dont la France. La solution de compromis pourrait être donc le MES…

Nous sommes au pied du mur: soit nous sommes solidaires, soit la solidarité ne fonctionne pas et nous montrons au reste du monde que nous n’avons pas pris la mesure de la crise et nous européens, nous nous disloquons!! Et le prix de la dislocation sera lourd pour nous européens, embarqués sur un même navire.

En innovant:

Il reste aussi, au delà de la dette de certains états de l’Union, celui de la dette privée des entreprises, particuliers, ITE, PME, TPE, dont le résultat d’activité 2020 est sérieusement compromis. Nos amis de Sauvons l’Europe proposent un fonds de défaisance de dettes financé par la BCE et le états qui semble une idée intéressante: bonne lecture! Attention, très technique, mais très intéressant!!

https://www.sauvonsleurope.eu/pour-un-fonds-de-defaisance-covid-19-des-charges-des-entreprises-finance-par-la-bce/