La Chapelle-Darblay, site n°1 du papier recyclé en France : une future friche ??

Sauvons la Chapelle Darblay

 

Au nom du plan vert européen, il faut sauver la Chapelle Darblay !

En septembre 2019, l’industriel finlandais UPM, propriétaire de l’usine qui produit du papier journal à partir de papier recyclé, annonce qu’il va revendre le site. Motif : pas assez rentable et coûts de production trop élevés. Pourtant l’usine, grâce à une unité de désencrage, recycle l’équivalent de la consommation de papier, en tous genres, de 24 millions de français.

Depuis, aucun repreneur sérieux ne s’est manifesté (sauf dernièrement une entreprise belge) et, semble-t-il, la crise de la Covid 19 n’a rien arrangé. Pourtant le site est viable et la technologie utilisée vertueuse sur le plan de l’économie circulaire.

Faudra-t-il se résigner à brûler le papier recyclable ou le vendre à plus offrant ?

Alors, au nom de la rentabilité et parce que le papier journal n’a plus la cote, il serait impossible de trouver une solution ? Et alors ? Pourquoi ne pas fabriquer à la place du papier carton ? Cette solution requiert la mobilisation de 80 millions d’euros, d’après l’article de Claire Garnier, journaliste aux Échos et correspondante du journal pour Rouen.

Soutenons la mobilisation actuelle ! Le site ne doit pas fermer en juin 2021…

Parce que le green deal européen n’est pas un vain mot (le plan vert qui doit accélérer la transition énergétique, une des priorités de la Commission européenne et du Parlement européen de 2021 à 2027), nous appelons les adhérents du Mouvement européen 76 , avec les élus de bon nombre de territoires et bien sûr des intercommunalités, avec les travailleurs du site menacés dans leurs emplois, leurs syndicats, avec les arbres menacés dans leur existence (car tout se tient), nous appelons nos ami(e)s à s’informer, et à se mobiliser  pour que la Chapelle Darblay puisse vivre.

Hubert Camier, André Calentier, Jean-Marc Delagneau, Charles Maréchal, Philippe Penot, Alain Ropers, Hélène Van de Walle, adhérents et militants du ME76.

 AVEC L’EUROPE, DÉFRICHONS LE PASSÉ et surtout DÉCHIFFRONS L’AVENIR!

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/chapelle-d-arblay-1615319804

https://www.lesechos.fr/pme-regions/normandie/derniers-espoirs-de-reprise-pour-la-papeterie-de-chapelle-darblay-1296897

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/chapelle-darblay-plusieurs-maires-de-france-mettent-la-pression-sur-emmanuel-macron_40097292.html

Ce ne sont pas vos données qu’ils vendent…

A voir, le documentaire: The social dilemma

Ce documentaire sorti le 20 septembre 2020 sur Netflix donne la parole à une dizaine d’anciens cadres dirigeants qui ont démissionné de grandes entreprises de la Silicon Valley. Comment ces entreprises s’emparent de nos données et au bout du compte façonneent le monde.

“Quand l’accès à un réseau est gratuit, c’est que les utilisateurs sont le produit”. On a tous entendu cette sentence. Mais non! Nous disent ces témoins. Ce ne sont pas vos données qu’ils vendent, mais les modèles comportementaux qu’ils élaborent à partir de vos données. Dès que vous vous connectez, dès que vous téléchargez une application, vous envoyez  à chaque instant des données à partir desquels les firmes élaborent leurs modèles.

Ces modèles, ils les proposent à des entreprises pour caler leur stratégie de communication. Ensuite à chaque fois que vous vous connectez à une application, à un réseau, vous recevrez des notifications, des messages correspondants à vos attentes, vous renforçant dans vos prédispositions, dans vos opinions.
C’est vrai aux plans de la mode, des affaires, des choix culturels… Mais c’est vrai aussi aux plans politique et moral.

Les réseaux sociaux créent des bulles, isolent les groupes sociaux les uns des autres, développent les antagonismes. Ils fragilisent le corps social.Les témoins expliquent ainsi les profonds clivages qui traversent nos sociétés et tout particulièrement les USA.
Les réseaux sociaux plutôt que de favoriser le débat, la rencontre entre des appréciations différentes, confortent au contraire chacun dans ses positions en lui envoyant les informations qu’il attend.

Les témoins tirent le signal d’alarme et dénoncent le chemin vers la guerre civile que prennent les USA. Ils tirent le même signal en direction de l’Europe.

Mais alors Que faire?
Deux propositions ressortent de ce documentaire:

  • A titre individuel, refuser tous les cookies et les notifications proposés par les sites auxquels nous connectons, n’utiliser que des moteurs de recherche comme Qwant qui ne conservent pas nos données.
  • A titre collectif, prendre des mesures pour obliger les entreprises numériques à retreindre leurs collectes. Il suffirait de créer un impôt sur le volume des données collectées.

En savoir plus sur le documentaire:

Révolutions technologiques, pour le meilleur ou pour le pire?

Les 1er et 2 octobre, se déroulaient à Caen le « Forum mondial pour la Paix ». Le Mouvement européen 76 y participait. Retrouvez ici le compte rendu de la conférence du 2 octobre.

Thème de la conférence:

” Dans notre monde interconnecté, les nouvelles technologies imprègnent notre quotidien et impactent de nombreux secteurs. La gestion du Big Data, le recours à l’intelligence artificielle, l’essor de la reconnaissance faciale rendent impérative une réflexion sur la maîtrise et l’encadrement de ces nouveaux procédés, tant d’éventuelles dérives seraient porteuses de déstabilisation majeure, y compris dans les pays démocratiques. Déploiement de robots tueurs, armes intelligentes ou généralisation de la surveillance : sur le terrain militaire également, de nouvelles formes d’intervention et d’affrontement émergent.

Génératrices d’inquiétudes, ces révolutions technologiques sont aussi de formidables leviers d’innovation, porteurs de changements profonds et multiples, y compris pour le meilleur. À l’image de la Green Tech ou de la Tech for Good, elles permettent d’œuvrer en faveur de la transition écologique. Elles  apportent des réponses concrètes à des problématiques contemporaines. Au cœur de la réflexion sur le monde de demain, les révolutions technologiques seront-elles pour le meilleur ou pour la guerre?”

Nicole Gnesotto: Science sans conscience ?

Lors d’une courte introduction, Nicole Gnesotto introduit la notion de rupture civilisationnelle. Jusqu’à nos jours les innovations technologiques ont toujours été ambivalentes. On pouvait les utiliser pour le meilleur ou le pire. On connaît tous cette citation de Rabelais tirée du Pantagruel : “science sans conscience n’est que ruine de l’âme”. Récemment encore on a vu comment des outils comment Twitter pouvaient tout à la fois contourner la censure mais aussi surveiller les comportements de chacun… Mais aujourd’hui?  Que sont les développements de l’intelligence artificielle?  Quelle place  prennent les algorithmes dans la gestion du monde. Quel poids de la conscience humaine? On sait comment les automatismes ont accéléré la crise financière de 2008. Qu’en sera-t-il demain? La question mérite d’être posée.
Nicole Gnesotto: Professeure au CNAM, titulaire de la Chaire Europe : L’Europe indispensable éditions du CNRS   .

Justice : le danger de l’arbitraire

Christiane Feral Shul a pointé le recours de plus en plus importants des cours de justice aux outils numériques. Certes, l’accès aux données est une formidable source d’informations utiles aux différentes parties prenantes. Mais au-delà , Christiane Feral Shul s’inquiète de la tentation pour les juges de recourir à l’intelligence artificielle comme auxiliaire de justice, voire même pour rendre la justice dans certaines situations.

C’est déjà le cas en Estonie où dans les affaires civiles portant sur une créance inférieure à 7000€ la procédure est automatisée. Si cette manière de faire peut paraître objective, rigoureuse, elle présente une faiblesse énorme. Elle ne tient pas compte des circonstances qui sont à l’origine du délit. Elles sont pourtant essentielles pour comprendre les situations et formuler les décisions justes.
La France résiste à une telle évolution mais jusqu’à quand? Il faut se méfier de l’arbitraire de l’Intelligence artificielle.
Il est indispensable de poser des règles éthiques, de mettre sous surveillance les algorithmes, de maintenir l’intervention humaine dans le processus judiciaire.
Le conseil national des barreaux s’est tourné vers le Conseil de l’Europe.
Cette instance est à l’origine de plusieurs conventions qui ont inspiré le législateur: protection des données, cybercriminalités. Il pourrait ici se mobiliser à bon escient, même s’il ne faut surestimer le poids de ces conventions qui ne sont des textes contraignants.
Christiane Feral Schul est avocate: Présidente du conseil national des barreaux.

L’extension du domaine de la lutte :

Jean Marc Vigilant, Général d’Aviation, Directeur de l’école de guerre pointe l’extension de l’environnement stratégique. Très récemment ont été intégrés trois nouveaux domaines: l’Espace, le cyber espace et l’information. Les conflits ne se déroulent plus aujourd’hui uniquement sur les champs de bataille.
Cette extension du domaine de la lutte exprime une double tendance: le recul de l’influence de l’Ouest à l’échelle du monde, et l’importance essentielle du Capital humain.

Pour tenir compte de tout cela, la France élargit son approche stratégique.
– Elle crée des outils: une agence sur l’innovation numérique en lien avec les entreprises, un commandement de la cyberdéfense et de l’espace, l’armée de l’air est aussi celle de l’espace maintenant. Développement de nouvelles bases de données en lien avec l’Intelligence artificielle.
– elle développe une approche globale en réseau pour mettre en œuvre des réponses complexes, multi localisées, répondant en de nombreux points en cas d’agression.

Dans le prolongement ,

Jean-Louis Gergorin, (un ancien du quai d’Orsay) souligne la rupture introduite par le numérique dans le rapport à la guerre. Aujourd’hui la frontière est devenue volatile. Il existe des zones hybrides.
Grâce aux outils numériques, une puissance étrangère peut agresser un territoire. On l’a vu par exemple en Ukraine avec les coupures d’électricité.
Les cyberattaques sont devenues l’équivalent des notes diplomatiques. Elles envoient un message, expriment une menace, invitent à un repositionnement. On peut lire ainsi la cyberattaque de mars dernier sur les hôpitaux de Paris.

Si la France a su prendre la mesure du problème, il faut aller beaucoup plus loin et bien prendre en considération la dimension globale du problème. Il faut tout à la fois:
– traiter de l’information: si les médias traditionnels sont contrôlés, ce n’est pas le cas des réseaux sociaux. On peut dire ce que l’on veut.
– agir dans les domaines militaires et civils: les attaques numériques en demandes de rançon se sont multipliées par 8 depuis 2017.
– les frontières s’estompent entre les groupes mafieux, les attaques “militaires” l’espionnage économique…
– agir à l’échelle internationale: mettre en place pour la circulation de l’information des instances du même type que ce qu’il existe dans l’aviation civile, la santé par exemple…

En contrepoint Nicole Gnesotto réagit  soulignant que  la gouvernance doit aller au-delà des Etats et associer l’ensemble des acteurs de la société civile.

Pour conclure Science et éthique ?

Fréderic Bordry a développé une approche plutôt optimiste en soulignant la dimension géopolitique de la science. Il a cité en exemple plusieurs programmes du CERN qui associent étroitement des soi-disant ennemis. Que ce soit entre Israël et la Palestine, ou entre les différents pays des Balkans
il a souligné la dimension universelle du langage de la science qui permet de jeter des ponts, de s’affranchir des susceptibilités et de jeter des ponts entre des territoires séparés.
Fréderic Bordry est directeur au CERN à Genève.

– Gabriela Ramos Patino est revenue sur la nécessité d’encadrer à l’échelle internationale l’usage des outils numériques et notamment l’Intelligence artificielle. Aujourd’hui 200 entreprises dans le monde régulent 80% des outils numériques.
Quelle que soit la performance des outils, il faut en revenir à l’origine, c’est à dire à la commande et sa régulation, aux valeurs qui la cadrent. C’est possible. Regardons ce qu’a fait l’Europe avec le RGPD. L’Unesco agit en ce sens à l’échelle internationale.
Gabriela Ramos Patino Directrice générales sciences sociales UNESCO

 

Retrouvez, les principaux moments  du forum en videés sur: https://www.facebook.com/NormandiePourLaPaix/

 

 

du 2 au 5 juin : Covid-19, l’état des lieux.

Cette semaine, nous nous attacherons plus particulièrement à mieux comprendre ce qu’est la pandémie, comment ont réagi les acteurs de la santé et plus largement qui sont les différents acteurs concernés, quels sont les risques de voir une telle situation se reproduire, comment s’en prémunir ?

Au programme

  • des vidéos à découvrir:

  •  Des graphiques à décrypter: Aller les voir

  • des articles à lire:

    • Gestion du coronavirus : ce sont des hommes qui donnent les ordres : un article de Gaby Hinsliff, publié dans le Guardian et traduit par Florence Aston. Lire l’article
    • Symptômes du coronavirus : les plus courants, hommes-femmes, durée: Les symptômes décrits par les scientifiques chinois sont différents de ceux constatés en Europe, le virus a-t-il muté ? La maladie ne prend pas la même forme chez tous les patients atteints de la Covid-19, certains n’ont pas de symptômes respiratoires. Que faire ? Quelle évolution ? Combien de temps pour que la maladie se déclare ? Combien de temps pour s’en remettre ?
      Lire l’article
    • Inserm: SARS-CoV-2 : comprendre comment il se réplique… pour l’en empêcher ! À Marseille, Isabelle Imbert allie modèles biologiques et prédictions informatiques pour étudier les enzymes nécessaires à la réplication du SARS-CoV-2. Ces travaux ont permis aux chercheurs de gagner 10 ans. Les recherches avancent pour mettre au point des traitements antiviraux contre la Covid-19. D’abord les tests in vitro pour perturber la réplication de l’ARN du virus, ensuite travaux afin de prédire l’activité de l’enzyme. Comprendre pour l’empêcher de se reproduire. Accéder au site
    • Inserm: Tabagisme et Covid-19 : que montrent les publications scientifiques ? La nicotine pourrait-elle avoir des effets protecteurs ? En Chine on a constaté un taux particulièrement bas de fumeurs chez les patients en réanimation atteints de la Covid-19, mais les fumeurs sont généralement plus jeunes. Les travaux sont contradictoires, mais se tourner vers la cigarette pour se prémunir contre la maladie n’est pas conseillé. Lire l’article 

    • CHU de Rouen: Pour comprendre les effets des médicaments sur la Covid-19, découvrez l’interview de Vincent Richard, professeur des universités en Pharmacologie (études des médicaments). Lire l’article
    • une situation sans précédent: Découvrez le point de vue de Florence Aston adhérente du Mouvement européen 76. Lire l’article

Pour une politique commune de la santé !

le ME76 a décidé de mobiliser et développer des initiatives au niveau local afin de faire de ce mois de juin 2020, Coronavirus oblige, le mois de la santé. Dans ce cadre, il soutient l’appel des 12 présidents du Mouvement Européen international, dont Yves Bertoncini, à développer une politique européenne ambitieuse et souveraine… de la  santé, une politique commune,

et pour commencer d’en faire une compétence partagée (1)… une coordination vitale en ces temps difficiles.

[1] :  Le traité permet une compétence partagée dans le domaine de la santé publique et de la sécurité sanitaire. Art 168.5 -TFUE

C’est seulement ensemble que les Européens pourront surmonter la crise du Coronavirus

12 & 14 Novembre, La révolte des peuples ?

Catalogne, Chili, Hong Kong, Liban, Tunisie, Algérie, Gilets jaunes, les points chauds se multiplient au fil des mois. Le climat social aussi, se dérègle. On pourrait allonger la liste: printemps arabe, Iran 2017… Partout  les peuples semblent mettre en cause leurs dirigeants, dénoncer l’accentuation des fractures  sociales. En réponse, des alternatives autoritaires voient le jour ou se renforcent: Brésil, Pologne, Hongrie, Chine, Russie, Égypte…

Partout? Peut-être pas. Des Pays comme la Suisse, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas voire même les USA….ne semblent pas connaître des mouvements de même ampleur. Ces Pays ont en commun d’être décentralisés, avec des modes de gouvernance associant depuis longtemps  les citoyens. La société civile y est fortement reconnue.
Centralité du pouvoir ou décentralisation, peut-on voir dans ce clivage un élément pour comprendre les situations ? Peut-on en déduire  que l’engagement bénévole est un facteur de paix et de cohésion sociale?

Le Mouvement européen en partenariat avec Associations-et-Territoires vous propose Le mardi 12 novembre d’examiner la situation des Pays-Bas: une économie libérale puissante, mais une cohésion sociale très forte, avec un fort engagement bénévole.   Nous le ferons avec Pim De Roos un Néerlandais vivant en France expert dans l’aménagement des territoires.

Nous serons accueillis au siège de la Métropole rouennaise au Hangar 108 sur les quais rive gauche.

Associations, Entreprises, Collectivités locales, Citoyens, 
Rendez-vous le mardi 12 novembre
Inscrivez vous sur:
https://assonormandie.net/calendrier-inscription/

Européennes 2019 : Félicitations pour votre engagement dans la campagne!

Militants et adhérents du Mouvement Européen 76

Vous avez distribué des centaines de tracts du Mouvement Européen France sur les marchés de Seine Maritime appelant à voter européen.

Vous avez distribué le n° spécial  écrit en partenariat avec le journal La Croix sur le parlement européen, son rôle et les enjeux européens  de ces élections.

Vous avez également animé ou participé à des conférences débats sur les élections…

UN GRAND MERCI POUR VOTRE MOBILISATION…..

QUI A PERMIS DE FAIRE RECULER L’ ABSTENTION: 50,12% d’électeurs se sont déplacés pour voter (42 % en 2014!), en France.

ET PERMIS AUSSI UN VOTE PLUS EUROPEEN : 64,22% des électeurs se sont prononcés pour des partis pro-européens.

ENCORE UNE FOIS MERCI ET A TRES BIENTOT POUR D’AUTRES MOBILISATIONS!

 

CETTE FOIS, le 26 MAI, JE VOTE EUROPEEN !

Le Mouvement Européen76 n’a pas ménagé ses efforts pour faire connaître les enjeux de ce vote du 26 mai prochain : débats, distributions de tracts sur les marchés de Seine-Maritime, particulièrement dans les localités fortement abstentionnistes. Nous sommes attachés à notre position d’active neutralité trans-partisane, et l’objet de cet article n’a pas pour but de donner une consigne de vote, mais simplement d’éclairer votre choix. Donc quelques conseils, et vous en ferez ce que vous voudrez !

1/ Tout d’abord, aller voter :

S’abstenir c’est décider de ne pas choisir, donc laisser la place et favoriser les listes extrémistes en présence (nous ne citerons pas de nom ) qui mobilisent et veulent détruire la construction européenne, de façon proclamée ou insidieuse….

2/ Pour qui voter ?

La campagne qui a démarré très tard, avec des programmes parus entre le 6 et le 9 mai (??) pour certaines listes et des listes nationales élaborées en « virant » ou rétrogradant parfois des députés européens expérimentés, ne nous facilite pas la tâche. Pourtant le travail d’un député européen est très technique, ardu, et nécessite une bonne connaissance des dossiers (les projets de directive) et un bon sens du compromis. Enfin n’oubliez pas que nous avons 74 députés français sur un parlement de 751 députés. Nous ne décidons pas seuls…

3/Notre conseil :

Votez pour des listes « europhiles » et constructives capables de peser sur les décisions qui seront prises, donc en mesure de former au parlement un groupe d’au moins 25 députés, issus d’au moins 7 pays différents de l’Union. Ces groupes représentatifs ne sont pas légion : en gros les sociaux-démocrates, les conservateurs, les verts et les libéraux. Aucun de ces groupes n’ayant la majorité absolue au parlement, ils sont obligés de nouer des alliances de circonstance…

Les autres groupes, plus eurosceptiques, sont minoritaires et peu capables de peser sur les projets de directives élaborées à Strasbourg et Bruxelles.

Pour nous en France les courants qui “pèsent” au parlement sont représentés par les listes Envie d’Europe (PS+Place publique), le Parti Républicain (membre du PPE), les écologistes, la liste Renaissance (LREM + Modem), présentée par le gouvernement d’Emmanuel MACRON qui se propose, elle, de rejoindre le groupe libéral (ALDE).

Nous regrettons l’éparpillement folklorique et vain des petites listes (33!), qui profitent de la proportionnelle pour affirmer une identité quelconque (c’est leur droit le plus strict mais quelle efficacité??). Elles oublient que le parlement européen travaille avec des majorités de compromis, des députés expérimentés, des groupes solides capables de bâtir une Europe plus solidaire, donc plus sociale, plus humaine, plus fédérale au plan monétaire et budgétaire, et aussi plus responsable de notre planète terre, tout en se situant dans une économie libérale et non administrée, mais régulée.

Ainsi va l’Union Européenne…..Ce n’est pas la France en plus grand, mais notre pays peut peser de tout son poids, qui est grand, si nous faisons les bons choix.

une vidéo de protestation en Algérie recyclée par des alarmistes anti-immigration

Des vidéos floues de la foule sont souvent utilisées pour répandre la rhétorique anti-musulmane en Europe et aux États-Unis. Cela a été le cas cette semaine avec une vidéo qui a été dite, sur Twitter et Facebook, être tournée en France ou au Danemark. Elle a été tournée en Algérie.

Voir l’ensemble de l’article  (Anglais)
Source : https://factcheckeu.info/fr/ 

Associations, L’Europe a besoin de vous.

Les associations sont des acteurs privilégiés dans l’espace citoyen. Le renouvellement du Parlement européen le 26 mai prochain constitue un enjeu important pour l’avenir de l’Union Européenne. Le Mouvement européen invite les associations à participer au débat, à le relayer auprès de leurs administrateurs, leurs adhérents, leurs usagers…

Le 26 mai prochain, nous élirons 79 représentants de la France au Parlement européen. Les enquêtes publiées ces derniers jours prévoient un niveau d’abstention important.
Voter c’est renforcer la légitimité du Parlement au sein de l’Union Européenne. Le Parlement européen joue à l’échelle de l’Europe un rôle similaire à celui de l’Assemblée Nationale. Il contrôle le travail de la Commission européenne et vote les lois.

Ne pas voter c’est:

– Renforcer le camp des eurosceptiques qui traditionnellement mobilise davantage ses électeurs. En 2014 les élus issus du Front National représentaient 32 % des députés français alors qu’ils avaient obtenus 25 % des voix.
– Diminuer le poids de la France au sein du Parlement. Moins nombreux, les “euro-optimistes” peinent à faire entendre la voix de la France au sein de leurs groupes respectifs.

L’Europe ne porte pas tous les maux de la Terre:

L’Europe a mauvaise presse auprès de nombreuses associations, souvent à tort. Il en est ainsi, par exemple, de la “Directive services”, qui interdirait l’octroi de subventions aux associations et ferait la part belle aux entreprises. C’est typiquement une erreur d’appréciation liée à l’Etat français.
En effet, l’Union Européenne en publiant cette directive a demandé à chaque pays membre de déterminer le périmètre définissant le champ des activités d’intérêt général au sein duquel cette directive ne s’appliquerait pas.
Certains pays ont défini un large secteur comme par exemple l’ensemble du champ éducatif, pas seulement celui de l’école. La France n’a pas fait ce travail, ou à minima, offrant des pans entiers de la vie associative au champ de la concurrence.
Nous pourrions multiplier les exemples de ce type. Souvent en France quand les choses vont bien c’est grâce aux autorités nationales et quand cela va mal, c’est la faute à l’Europe. Ainsi qui sait que le service civique est pour une large part financé par l’Union Européenne.
Certes,  il reste de larges chantiers à conduire, beaucoup d’imperfections à régler… C’est tout l’enjeu de l’élection du 26 mai.

L’Europe riche de sa diversité:

Dans de nombreux pays la vie associative est porteuse d’une histoire, d’expériences, d’une reconnaissance qui pourraient profiter aux associations françaises.
Le Mouvement européen est attaché à la construction d’un espace commun qui permette aux pays de L’Union Européenne de peser et d’exister face aux puissances comme les USA, la Chine, la Russie…

Sans prendre parti pour une liste particulière, le Mouvement européen se mobilise pour inviter les citoyens à aller voter le 26 mai. Dans cette perspective
– nous renforçons notre présence sur les réseaux sociaux
– nous irons sur les marchés de Seine-Maritime pour rencontrer les électeurs
– nous participerons à plusieurs réunions publiques
– nous serons présents sur les média dans les semaines à venir.

Relayez les messages:

Les liens  que  nous vous présentons ci-dessous sont à votre disposition. N’hésitez pas à les relayer dans vos réseaux.

Nous sommes aussi à votre disposition pour développer avec vous de nouvelles initiatives. N”hésitez pas à nous contacter.
par mail: redaction@mouvement-europeen76.eu
par téléphone: 06 80 11 90 89