Une économie européenne au service des personnes

Jeudi 29 février

14h – 17h
Table ronde suivie d’une dégustation de  la bière biologique Brotonnia

Salle CFDT
25, place Gilles-Martinet
Sotteville-lès-Rouen

téléchargez le communiqué de presse

Grands témoins :
Sébastien Bourdin, titulaire de la Chaire d’Excellence Européenne sur l’économie circulaire – Département Économie, Territoires et Développement durable,
• Françoise Grossetete, ex députée européenne PPE
• Marc Haffner, brasseur, fondateur de Bière Brotonnia,
• Philippe Guillard, spécialiste de l’économie du spatial

Acteurs normands
• Jean-Luc Léger, président du Conseil économique, social et environnemental régional (CESER),
• Thibaut Drouet, conseiller municipal à Rouen depuis 2020, en charge des questions européennes,
 • Abdelkrim Marchani, vice-président de la Métropole en charge de l’économie, l’attractivité, l’enseignement supérieur et la recherche, la vie étudiante, le numérique, l’Europe et l’international.
• Pascal Bossuyt, Commission exécutive CFDT Normandie

 

Philippe Guillard parlera de l’apport des projets menés par l’Agence européenne au quotidien des citoyens : géolocalisation, veille météorologique, cartographique, utilisation du téléphone mobile, etc. Spécialiste de l’économie circulaire, de la transition écologique, Sébastien Bourdin abordera les freins rencontrés par les institutions européennes dans leur avancées, ainsi que la nécessité politique de re- mettre des services publics dans les territoires périphériques tout en réorientant les politiques publiques en ce sens (logements, transports, urbanisme, etc.). Ancienne des Douanes, Michèle Barrée évoquera ce que le Brexit veut dire pour la Normandie et nos voisins d’outre-Manche.

Chacun dans leur domaine d’expertise, les intervenants montreront que l’Europe continue de faire ses preuves et que les territoires et leur fonctionnement sont une bonne échelle pour amorcer la transition énergétique et économique qui lui est liée. Comme toutes les révolutions industrielles, cette transition nécessitera beaucoup de capitaux, des adaptations qui, si elles sont mal financées, ne bénéficieront pas aux plus modestes. L’Europe est le meilleur outil que nous ayons pour relever le grand défi du changement climatique, un devoir pour les générations futures.