Débats télévisés

Débats télévisés en Allemagne

Premier débat le dimanche 29 août

Quatre semaines avant des élections fédérales très attendues en Allemagne, les trois principaux candidats se sont affrontés le dimanche 29 août au soir lors d’un débat télévisé.

Depuis quelques jours, les sondages donnent un avantage au SPD d’Olaf Scholz qui devance désormais les deux autres partis. Les sociaux-démocrates du SPD, emmenés par Olaf Scholz, ont effectué une remontée spectaculaire dans les sondages depuis un mois. Quant aux chrétiens-démocrates de la CDU, ils sont à la peine avec un candidat, Armin Laschet, peu populaire. Et Les Verts, conduits par Annalena Baerbock, ont sensiblement reculé depuis le printemps.

Qui sera le prochain chancelier ?

Trois personnes ont une chance de devenir le/la prochain(e) chancelier(e) et de diriger le gouvernement allemand. Ces trois personnes ont participé à trois débats télévisés, et cela à deux semaines d’intervalle. Ces débats dominicaux n’ont pas fait évoluer les intentions des électeurs. Les électeurs restent sur leurs intentions de vote. En effet, 36% déclarent vouloir voter pour Olaf Scholz. Il devance Annalena Baerbock qui recueille 30% des intentions de vote. Enfin les sondeurs accordent 25% des suffrages à Armin Laschet. Non seulement les Allemands, mais aussi tous les Européens se demandent : qui sera le prochain chancelier ? Le choix du prochain chef du gouvernement aura une grande influence sur le reste de l’Europe.

Quels candidats ?

Armin Laschet se montrait sur la défensive. Il n’avait rien à perdre et il a choisi l’attaque. Il a dénoncé les propositions des écologistes sur le climat. Ces propositions selon lui mettraient en danger l’industrie allemande. Il a décrit les risques d’un gouvernement avec le parti de gauche.

 

Débats télévisés

 

Annalena Baerbock, grande favorite au printemps est aujourd’hui en troisième position. Elle a attaqué le statu quo du gouvernement sortant et le manque de propositions et d’audace de ses deux adversaires.

 

Débats télévisés

 

 

Le flegmatique Olaf Scholz s’est présenté comme un homme politique d’expérience, un grand argentier responsable qui a su gérer le pays dans la crise et a défendu son programme social.

 

Combativité et respect

Dans un débat combatif mais respectueux de deux heures les candidats ont abordé au moins cinq thèmes. En effet, le débat a porté sur la guerre en Afghanistan, l’utilisation possible de drones militaires, la crise climatique, les mesures pour lutter contre le Covid et l’utilisation de pronoms neutres(écriture inclusive). Annalena Baerbock et Armin Laschet sont passés à l’offensive. Peut-être voulaient ils se montrer pugnaces pour regagner des électeurs.  Olaf Scholz, le favori des sondages , en ministre des finances sûr de lui-même, il incarne la force tranquille. Olaf Scholz peut avoir confiance en lui-même. Les sondages publiés avant le premier des trois débats télévisés suggéraient que la course à la succession d’Angela Merkel était plus ouverte que jamais. Mais ils mettaient en avant que le SPD d’Olaf Scholz avait une avance étroite sur la CDU d’Armin Laschet et le parti Vert d’Annalena Baerbock.

Virulence

Armin Laschet s’est montré le plus véhément et le plus volubile des trois candidats lors du premier débat. Il a accusé le SPD d’empêcher l’armée allemande de s’équiper de matériel de pointe et a mis les électeurs en garde contre les projets des Verts. Il affirma que les Verts allaient imposer aux entreprises des restrictions environnementales et des taxes plus élevées. Ses propos étaient énergiques mais on sentait chez lui une certaine nervosité.

Annalena Baerbock

Annalena Baerbock a cherché à s’imposer comme la candidate du changement et des réformes. Ella a affirmé :”Des années d’attente sous la grande coalition n’ont fait aucun bien à ce pays . Nous avons besoin d’un véritable nouveau départ.” Elle parlait de la coalition entre la CDU et le SPD qui a gouverné l’Allemagne au cours les huit dernières années.  Annalena Baerbock a critiqué le gouvernement de Angela Merkel. Elle lui reproche d’avoir négligé les enfants et les familles pendant la crise du Covid. Annalena Baerbock a accusé ses concurrents de faire abstraction de l’interdiction nécessaire des voitures à essence et diesel. La candidate des Verts entend faire respecter cet accord d’ici 2030. Annalena Baerbock a eu le courage de défendre sa position en ce qui concerne la vaccination. Elle a affirmé que, pour certaines professions, la vaccination pourrait devenir obligatoire à l’avenir.

Duellistes

Olaf Scholz, quant à lui, est apparu plus réservé alors que ses rivaux. Il a choisi de parler plus lentement, à la façon d’Angela Merkel. De plus, à plusieurs reprises, le ministre des Finances et vice-chancelier n’a pas manqué d’agrémenter ses déclarations de rappels du type : « la chancelière et moi » étions d’accord …

Armin Laschet a provoqué Olaf Scholz. Il l’a accusé « d’agir comme Angela Merkel et de parler comme Saskia Esken”. Saskia Esken est la co-leader du SPD. Olaf Scholz, qui est originaire de la droite du SPD, a esquivé l’’attaque . Sans surprise, lors du second débat c’est essentiellement sur Olaf Scholz qu’il a porté ses attaques.

Second débat le dimanche 12 Septembre

Record d’audience le dimanche 12 au soir. A l’issue de ce second débat électoral télévisé, le leader de centre-gauche Olaf Scholz s’est vu déclaré vainqueur malgré les coups de son rival conservateur. En effet, le candidat conservateur Armin Laschet de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) a tenté de renverser la vapeur en attaquant le ministre des Finances Scholz du Parti social-démocrate (SPD). Il s’en est pris à sa gestion de la lutte contre le blanchiment d’argent. Les sondages prédisent que la CDU de Laschet va s’effondrer à des niveaux historiques. Et cela, alors que Angela Merkel a assuré le mandat de chancelière quatre fois consécutivement.

Qui sort gagnant du second débat ?

Un sondage instantané publié après le débat a montré que Olaf Scholz avait obtenu 41% d’avis favorables des téléspectateurs. On parle désormais du candidat du SPD comme  étant le plus convaincant. Annalena Baerbock s’est montrée plus détendue et animée que lors du premier débat, mais s’est retrouvée poussée dans un rôle de modérateur alors que les deux hommes se sont retrouvés coincés dans un duel mesquin. La candidate des Verts a critiqué les deux plus grands partis pour leurs objectifs d’émissions de carbone peu ambitieux.

De quoi va-t-on parler lors du troisième débat ?

Le prochain gouvernement allemand, va, à coup sûr, refuser de recourir davantage à la dette. Donc, le financement des trois priorités identifiées par le plan de relance Covid se fera à budget constant. Ces priorités sont : la numérisation de l’économie, la transition écologique et les infrastructures publiques. Cela signifie qu’il faudra trouver des recettes par ailleurs. Du côté des Verts, il est par exemple prévu une augmentation de l’impôt sur les revenus les plus élevés. Quant aux conservateurs, ils prévoient de trouver de l’argent dans les fruits de la croissance future et les retombées de l’innovation. L’industrie automobile devra passer aux voitures électriques pour conserver ses riches clients chinois.

Quelle coalition va gouverner ?

Les résultats des élections donneront plus ou moins de poids à chacun des partis. Le compromis finalement retenu se fera fonction du poids de chacun des grands partis dans la coalition.  On peut tout aussi bien imaginer une alliance entre la CDU-CSU, les Verts et le Parti libéral, qu’une alliance plus à gauche avec, aux côtés des Verts, les sociaux-démocrates et le parti de gauche Die Linke. La présence des libéraux dans la coalition viendrait atténuer l’effet d’une présence éventuellement plus massive des Verts au Bundestag.

Quels sont les principaux enjeux de la campagne des élections allemandes ?

Si le pays refuse de recourir davantage à la dette, le financement des trois priorités identifiées par le plan de relance Covid, se fera à budget constant lors de la prochaine mandature. Ces priorités sont : la numérisation de l’économie, la transition écologique et les infrastructures publiques.  Cela implique qu’il faudra trouver des recettes ailleurs. Du côté des Verts, il est par exemple prévu une augmentation de l’impôt sur les revenus les plus élevés. « Nous souhaitons, disent-ils, instaurer une taxe sur les grandes fortunes et l’affecter aux dépenses d’éducation réalisées par les Länder. Quant aux conservateurs, “ils prévoient de trouver de l’argent dans les fruits de la croissance future et les retombées de l’innovation”.

Le résultat des élections

Le résultat des élections sera connu le soir du 26 septembre. N’oublions pas que les pronostics des sondages et les résultats des élections ne sont pas souvent les mêmes. Les options choisies par le futur gouvernement dépendront de la coalition qui émanera des élections. On peut tout aussi bien imaginer une alliance entre la CDU-CSU, les Verts et le Parti libéral, qu’une alliance plus à gauche avec, aux côtés des Verts, les sociaux-démocrates et le parti de gauche Die Linke ».

A ne pas manquer : l’article du Monde sur Angela Merkel 

Angela, féministe sans le vouloir

Angela Merkel
Angela Merkel s’apprête à quitter la scène après seize ans de règne. Le 26 septembre, les Allemands iront voter aux élections législatives qui désigneront son – ou sa – successeur. Le prochain chancelier sera-t-il de son parti, la CDU/CSU ? Ou les Verts ont-ils une chance de l’emporter ? Quel poids des sujets comme le climat, les impôts ou les relations avec la Russie peuvent-ils avoir dans le scrutin ?

Les thèmes qui animent la campagne

Par ailleurs, d’autres sujets encore animent cette campagne comme l’expliquent les vidéos de Arte. Qu’est-ce qui anime les débats en Allemagne pour ces législatives ? Climat, fiscalité, Europe… ou encore écriture inclusive… tous les partis ont leur mot à dire sur ces questions : que ce soit les conservateurs de la CDU/CSU, les sociaux-démocrates du SPD, les Verts, les libéraux du FDP, l’extrême-gauche Die Linke ou encore le parti d’extrême-droite l’AfD. ARTE Info vous propose un passage en revue des positions des partis représentés au Bundestag et actuellement en campagne.

Suivez la campagne avec notre dossier. Ce qui fait débat

Arte vidéo – Les impôts

Le climat

Ce que veulent les partis

Débat houleux sur l’écriture inclusive

Les indivisibles

Duel Laschet – Scholtz

Le premier débat

Présentation des candidats

Autres articles sur le journal Le Monde

Élections, les enjeux

Lisez nos articles précédents

Elections allemandes pour le renouvellement du Bundestag le 26 septembre : encore une grande incertitude sur la succession d’Angela Merkel.

Une candidate des Verts aux prochaines élections fédérales allemandes pour succéder à Angela Merkel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.