Développement durable

L’affrontement des éoliennes

Des éoliennes en grand nombre

Le gouvernement britannique cherche à obtenir rapidement son indépendance énergétique. Il encourage de manière démesurée les industries privées à implanter des éoliennes. Voilà encore un effort désespéré de prouver au monde que le Royaume Uni n’a besoin de personne. Besoin de personne ou presque car les éoliennes en question sont fabriquées à l’étranger.

L’affrontement des éoliennes

La question rejoint une longue liste de points de tension, y compris les différents concernant les compromis sur l’Irlande du Nord et la délivrance de licences dans les eaux de pêche. L’affrontement au sujet des éoliennes ajoute aux tensions entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit.

Bruxelles s’inquiète

de ce que le gouvernement britannique favorise trop les entreprises britanniques. Il évince ainsi la concurrence étrangère. ce faisant, il viole l’accord commercial. Un nouveau front apparait dans les tensions post-Brexit entre Boris Johnson et l’UE . La raison des inquiétudes de Bruxelles ? Des contrats gouvernementaux d’une valeur de plusieurs milliards de livres favorisent  l’industrie éolienne britannique. Fort du soutien des gouvernements français et espagnol, la Commission européenne a averti en privé les responsables britanniques. La politique actuelle de passation de marchés par le gouvernement britannique va l’encontre de l’accord commercial signé à la veille de Noël.

Affrontements et accords post-Brexit

L’affrontement met en évidence le comportement curieux que le gouvernement a adopté. Il favorise ouvertement les entreprises britanniques, alors que le Brexit est effectif. Cependant il promet quand même de respecter ses engagements de laisser un libre accès aux investissements venus du monde entier, y compris venus d’Europe. La question rejoint également une longue liste de points de tension dans les relations UE-Royaume-Uni.

Pêcheurs à JerseyEn effet, depuis que le Royaume-Uni a quitté le marché unique et l’union douanière, les problèmes ne cessent de surgir. Autres sources de friction : les différents sur les accords post-Brexit pour l’Irlande du Nord. Puis la délivrance de licences dans les eaux de pêche ont conduit au déploiement de patrouilleurs de la Royal Navy à Jersey plus tôt cette année.

 

Soutien public à un projet industriel privé

ÉoliennesLe secrétaire aux affaires, Kwasi Kwarteng, se prépare à signer des contrats d’énergie renouvelable extrêmement rentables dans les mois à venir. En fait, le gouvernement cherche à tenir la promesse du Premier ministre sur les parcs éoliens en mer. Selon lui, ces éoliennes produiront suffisamment d’électricité pour alimenter tous les foyers du Royaume-Uni d’ici une décennie. Il est évidant que l’UE s’inquiète du soutien de l’argent public qu’apporte le gouvernement. L’objectif industriel se porte à 60 % des chaînes d’approvisionnement utilisant des produits fabriqués au Royaume-Uni ou des services fournis localement. le gouvernement veut également réviser le questionnaire  à remplir par les soumissionnaires.

Accords post-Brexit non respectés

Dans le formulaire on pose deux questions aux demandeurs de contrats. On leur demande d’«anticiper, preuves à l’appui, le niveau de composants britanniques dans leur projet et le nombre de création d’emplois locaux ». Mais pourtant l’accord de commerce et de coopération entre l’UE et le Royaume-Uni est très clair. Il interdit explicitement toute obligation pour les entreprises d’«atteindre un niveau ou un pourcentage imposé de contenu national ».

Environ 50 % de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie est actuellement desservie par des entreprises britanniques, mais les principales entreprises basées dans l’UE ont un grand intérêt dans le marché, y compris la société espagnole Siemens Gamesa et la société énergétique française Total. Sept des plus grands parcs éoliens du monde se trouvent sur le territoire britannique et c’est un marché de plus en plus fructueux pour les fournisseurs d’énergie internationaux.

Nouvelle série de contrats financé avec l’argent public

Le gouvernement se prépare à offrir une nouvelle série de contrats dits de différence, qui offrent des compléments de trésorerie aux entreprises qui investissent dans des projets d’énergie renouvelable afin de les protéger de toute baisse du prix de gros de l’énergie. Une série de contrats similaires lancés en 2014 offrait un soutien financier d’une valeur de 9,7 milliards de livres sterling.

Madrid et Paris ont demandé à la commission d’aborder la question des nouveaux processus contractuels avec des responsables britanniques. On abordé le problème lors d’une récente réunion. Selon des sources diplomatiques, les responsables britanniques ont confirmé que des détails. Ces détails portaient sur l’utilisation d’éléments d’origine locale, inclus dans le questionnaire. Mais ils ont déclaré qu’ils n’avaient pas encore décidé quel poids ils accorderaient aux réponses des entreprises lors de l’attribution des contrats.

Beaucoup trop de subventions aux éoliennes privées

« La commission a exprimé ses préoccupations quant au respect de l’accord de commerce et de coopération et des engagements du Royaume-Uni dans le cadre de l’OMC », a déclaré une source diplomatique. Cela va sans dire, la Commission a également soulevé la question des futures subventions britanniques à l’industrie britannique des éoliennes. Un porte-parole de la commission a déclaré que les responsables évaluaient la politique du gouvernement britannique.

Attitude non conforme à l’accord de coopération RU-UE

Sam Lowe, chercheur principal du thinktank  pour la réforme européenne et ancien membre du groupe consultatif sur le commerce stratégique du ministère du Commerce international, a déclaré: «  On ne respecte ni les exigences locales,  ni l’accord de commerce et de coopération UE-Royaume-Uni. De plus, on ne respecte pas non plus les engagements du Royaume-Uni dans le cadre de l’OMC.  La question est donc de savoir si le Royaume-Uni donne vraiment aux entreprises disposant de chaînes d’approvisionnement britanniques, un accès préférentiel aux contrats, ou simplement la collecte d’informations. Ce point dernier respecte l’accord, le précédent moins.

Soutien aux énergies renouvelables

Éolienne géante en merLe ministère des Affaires, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle a déclaré que le succès des demandes de contrats britanniques ne dépendrait pas des engagements des entreprises concernant l’utilisation de la main-d’œuvre et des services locaux. Il a déclaré: « Nous nous engageons à soutenir l’industrie britannique des énergies renouvelables dans la mesure du possible. Nous voulons construire des chaînes d’approvisionnement durables pour l’électricité à faible émission de carbone. Elles doivent être capables de remplir l’engagement de l’industrie. L’accord sur le secteur de l’éolien offshore atteindra les 60% de contenu britannique de ses installations . Cependant, conformément à l’accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE, il n’y a pas d’exigences contraignantes pour que les chaînes d’approvisionnement qui utilisent des produits britanniques, ni aucun autre obligation d’aucune sorte.

Brexit : et maintenant ? Les preuves s’accumulent…

Tensions post Brexit

Vidéos

Parc d’éoliennes britannique

Comment assembler une éolienne

Comment fonctionne une éolienne en mer

Pêcheurs à Jersey

Manifestation de pêcheurs à Jersey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.