Irlande 100 ans de séparation

L’Irlande après un siècle de séparation entre Nord et Sud

Le “rêve”, version irlandaise

Le journaliste Peter Taylor jette un regard fascinant sur cette paix fragile, en Irlande du Nord, une paix, aujourd’hui menacée. Voici un documentaire poignant et bien d’actualité réalisé par Peter Taylor. Il examine un siècle  de discorde partisane. Il n’oublie pas non plus ce qu’a été le rôle de la Grande-Bretagne depuis le premier jour.

On dirait une version irlandaise du rêve de Martin Luther King. Au lieu que des petits garçons noirs et des filles noires donnent la main à des petits garçons blancs et filles blanches, six enfants catholiques et six enfants protestants de Belfast qui s’ éclaboussent en jouant dans un lac au Pays de Galles.

Un regard fascinant sur une paix fragile, aujourd’hui menacée

Un journaliste chevronné de la BBC, Peter Taylor, a filmé cette initiative rare (1) pour lutter contre la séparation partisane mise en place il y a près d’un demi-siècle. Il reprend ici les images de Peter Taylor: “Ireland After Partition” (BBC Two). Ce film a été réalisé pour marquer un siècle depuis la scission de l’île d’Irlande.  Voici un Anglais qui, depuis un demi-siècle, essaye de comprendre les divisions partisanes causées ses compatriotes, par la perfide Albion, cette bête encore florissante.

(1) Lire article critique qui conteste le mot “rare”: Enfants d’Irlande du Nord

Catholiques et protestants

Peter Taylor a demandé à l’un des enfants, Joe, 11 ans, s’il avait des amis protestants dans son quartier.  “Ce serait trop dangereux,” répondit Joe en écartant les cheveux de son visage.

Taylor a filmé ces garçons et filles de Belfast sur le ferry traversant la mer d’Irlande vers le Pays de Galles.  Les catholiques chantaient leurs chansons parlant de combattre et de mourrir pour une Irlande unie et les protestants chantaient des chansons parlant de combattre et de mourrir pour l’union Jack.  Une fois au Pays de Galles, ils ont mis de côté, bien que brièvement, le fardeau de la séparation partisane et le poids de l’histoire. Oubliées la bataille de la Boyne, les décennies de meurtres et de chaos : tout ce que l’on désigne par un euphémisme:” les Troubles.”  En français on dirait “les événements”.

Seulement un moment de répit

C’est comme le jardin d’Eden”, a déclaré Joe.  Une douzaine de gamins de Belfast ont remonté le temps, pour se retrouver  avant la chute . Transportés dans un paradis avant le péché originel, avant la colonisation de l’Irlande par l’Angleterre.  Le Pays de Galles n’a jamais paru aussi paradisiaque.

 “Quand je rentrerai chez moi, ce sera la dernière fois que je les verrai”, a déclaré Joe à propos de ses nouveaux amis.  De retour à Belfast, il a été filmé en train de taper dans un ballon, visant les ruines d’une rue en terrasse bombardée.  Des parpaings obturaient les fenêtres brisées.  Pour Joe, le petit garçon, la ville au-delà de son ghetto catholique,  était sempiternellement hostile. 

Les bons et le méchants

C’était le Belfast des années 70, avec ses règles et son identification partisane, décrites par Anna Burns dans son roman “Le laitier”.  Il y avait « Le bon beurre.  Le mauvais beurre.  Le thé de l’allégeance.  Le thé de la trahison.  Il y avait « nos boutiques » et « leurs boutiques ».  Le Belfast de Joe aurait pu peut-être ressembler à toutes les autres villes de nos îles. Mais, en fait, Belfast avait plus en commun avec Soweto, Beyrouth, Jérusalem ou une ville américaine ségrégationniste après une émeute raciale.

Analyses historiques

Le film de Taylor sert d’introduction à l’Histoire de l’Irlande du Nord depuis la scission. Il omet bien quelques incidents majeurs comme le Bloody Sunday . Il a omis également la fois où Ian Paisley et ses unionistes fidèles portaient une éponge sur leur revers, après que Harold Wilson, le Premier ministre britannique, ait traité les loyalistes en grève de ” épongeurs “.  Omis encore l’attentat de Brighton qui a failli coûter la vie à Margaret Thatcher et ses ministres.  Néanmoins, il contient une quantité impressionnante d’analyses historiques, d’entretiens avec des acteurs centraux. On entend des témoignages de politiciens, de prêtres et d’ hommes armés, de républicains et de loyalistes sortis des archives de Peter Taylor.

Nouvelle frontière instaurée par le Brexit

Ensuite le  film de Peter Taylor arrive à un moment poignant. Moment bouleversant où lequel l’Irlande du Nord doit composer avec une nouvelle frontière.  Pas celle entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande qui révulse les républicains, mais plutôt celle matérialisée par la mer d’Irlande, garantissant que l’Irlande du Nord reste dans le marché unique de l’UE. Cette frontière maritime à laquelle le gouvernement britannique a souscrit après le Brexit. Cette frontière révulse les loyalistes qui se sentent trahis par le Parlement de Londres.  C’est une frontière dont Joe Biden n’est pas le seul à craindre qu’elle déstabilise la paix fragile instaurée par l’accord du Vendredi Saint de 1998.

Le rôle des services secrets

Mais le sentiment de la trahison britannique chez les républicains et les loyalistes n’est pas nouvelle.  Analysons l’histoire fascinante que raconte Peter Taylor. Voyons comment dans les années 70, le MI 6 a, à plusieurs reprises, attiré l’IRA dans des pourparlers secrets. Ces négociations avec le gouvernement britannique suggéraient que le Parlement de Londres s’était engagé à unifier l’Irlande.  L’IRA s’est vite rendu compte que les Britanniques n’avaient pas pris pareil engagement. De plus les loyalistes étaient furieux que ces pourparlers soient déroulés en secret.  Les services de l’Intelligence britannique, un oxymore, ont involontairement rapproché les adversaires des deux côtés de cette confrontation partisane, unis dans leurs griefs contre le Parlement de Londres.

Articles en journaux

Articles Brexit

Irruption de violence en Irlande du Nord

Vingt ans après le vendredi saint

Brexit sujet toxique

Vidéos

 Through the Troubles

After Partition

Comment l’Irlande est devenue indépendante

Démission de la première ministre

Union sacrée

Nuit d’affrontements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.