L’Union européenne et son économie face au Covid-19 : l’heure de vérité

Au delà des conséquences sanitaires du Covid-19, les conséquences économiques seront lourdes; selon la durée de la crise elles entraineront une récession estimée de 2 à 6% du PIB européen. Les mesures prises par la BCE et les états suffiront-elles?

L’Union peut éviter le choc de la récession:

La BCE a prévu de racheter pour  1000 milliards de dettes aux Etats; le carcan des 3% de déficit du pacte de stabilité a été mis entre parenthèses, même en Allemagne. Des plans de relance de l’activité par état ont déjà été mis en place.

Il faudra aller plus loin, plus fort, plus solidaire et tous ensemble! 2 solutions peuvent s’offrir, en ce qui concerne la dette des états de l’Union à venir.

En utilisant les instruments financiers qui existent

Soit recourir au Mécanisme Européen de Stabilité, ce que n’a pas exclu Mme Merkel récemment (fonds doté de 400 milliards d’euros créé à la suite de la crise de l’euro) pour aider les états qui n’ont plus aucune marge de manœuvre pour emprunter, dont, par exemple l’Italie atteinte par une crise sanitaire et économique extrêmement grave, sans parler des aspects politiques.

Soit émettre des corona-bonds, c’est à dire des obligations européennes permettant de mutualiser la dette, solution que refusent actuellement

Un pour tous
tous pour un!

l’Allemagne, l’Autriche et les Pays – Bas, mais que réclament 9 états de l’UE dont la France. La solution de compromis pourrait être donc le MES…

Nous sommes au pied du mur: soit nous sommes solidaires, soit la solidarité ne fonctionne pas et nous montrons au reste du monde que nous n’avons pas pris la mesure de la crise et nous européens, nous nous disloquons!! Et le prix de la dislocation sera lourd pour nous européens, embarqués sur un même navire.

En innovant:

Il reste aussi, au delà de la dette de certains états de l’Union, celui de la dette privée des entreprises, particuliers, ITE, PME, TPE, dont le résultat d’activité 2020 est sérieusement compromis. Nos amis de Sauvons l’Europe proposent un fonds de défaisance de dettes financé par la BCE et le états qui semble une idée intéressante: bonne lecture! Attention, très technique, mais très intéressant!!

https://www.sauvonsleurope.eu/pour-un-fonds-de-defaisance-covid-19-des-charges-des-entreprises-finance-par-la-bce/

 

La faute à L’Europe

” Tout le monde parle de l’Europe! Mais c’est sur la manière de faire cette Europe que l’on ne s’entend plus!”. C’est sur ces mots plus d’actualité que jamais de Jean Gabin dans “Le Président” (1961) que s’ouvre chaque week-end l’émission “la faute à l’Europe ?” sur franceinfo.

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/franceinfo/la-faute-a-l-europe/

Depuis le grand hall du Parlement européen à Bruxelles, Yann-Antony Noghès et ses chroniqueurs Kattalin Landaburu (France 24) et Jean Quatremer (Libération) reçoivent les femmes et les hommes qui font tourner l’Europe, quel que soit le sens. Chaque semaine, l’équipe de “La faute à l’Europe ?” s’emploie à proposer plusieurs points de vue sur l’actualité : la France vue d’Europe, les coulisses de l’Europe, ainsi que l’édito du plus fin connaisseur de la construction européenne, Jean Quatremer.
Ni eurobéate ni eurosceptique (bien au contraire), “la faute à l’Europe ?” c’est 30 minutes d’analyse didactique et décalée sur l’Union européenne le samedi à 13h20 et 20h10, et le dimanche à 22h40.

A noter pour cette rentrée, “La faute à l’Europe” a noué un partenariat avec la presse quotidienne régionale. Chaque semaine, l’émission fera une halte dans une région française. De Nice, Rennes, Nantes, Strasbourg, Lille, Toulouse, un journaliste nous livrera son regard sur l’actualité européenne dans sa région. L’Europe au quotidien, c’est souvent dans les régions qu’elle se vit. Quel est l’impact local des décisions prises à Bruxelles, quelle réponse l’Europe peut elle apporter aux enjeux locaux : agriculture, aménagement du territoire, pêche, cohésion sociale etc.
Autant de questions concrètes auxquelles nos journalistes et leurs invités tenteront d’apporter une réponse claire.

Covid19, l’Union européenne mobilisée

Mardi 17 mars, Ursula Von der Leyen,  Commissaire de l’Union européenne a présenté à la presse les mesures pour faire  face à la pandémie.
La santé, au départ, n’est pas une compétence de l’Union. Les États s’y sont opposés. La couverture médicale, la prise en charge des frais sont très différentes d’un pays à l’autre.
Certains pays, sous la pression des citoyens, ont refusé l’exercice d’une compétence. Elle aurait pu dégrader leur système de santé. D’autres ne voulaient pas d’une mesure qui aurait pu alourdir les prélèvements obligatoires.

La crise que nous vivons permettra peut-être de comprendre que les virus comme le nuage de Tchernobyl ne connaissent pas de frontières.


Propos doublé par la Commission européenne

Nous étions 30 hier à l’INSPE de Mont Saint Aignan, le 11 mars 2020

Emmanuel Morucci, conférencier bénévole de la Commission Européenne.

pour écouter Emmanuel Morucci, conférencier bénévole de la Commission européenne, plancher sur le sujet de la démocratie dans l’Union européenne.

Vu le contexte (Coronavirus, élections municipales…) c’était déjà un exploit ; donc essai transformé ! Le public était composé de professeurs d’histoire géographie ou ex, de tout âge et de militants du Mouvement européen 76 ; depuis 2019, la construction européenne est choisie comme exemple pour traiter le sujet de la démocratie, au programme de l’option “sciences politiques et géopolitique” du programme de 1ère d’enseignement général.

E. Morucci a rappelé que l’Union européenne était une construction démocratique en devenir, une Union d’états avec des morceaux de Fédération (les politiques communes agricole, monétaire, commerciale) et un Parlement élu au suffrage universel, une Union assise sur les valeurs de paix et de démocratie libérale, garantissant les libertés individuelles et étatiques. Ces valeurs sont inscrites dans les traités depuis 1957 et rappelées dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union. Des symboles forts existent : un drapeau, un hymne, un passeport, une monnaie commune pour les 19, une journée le 9 mai (qui n’est pas un jour de congé).  Ce cadre démocratique, construit peu à peu depuis 70 ans, assure une certaine stabilité et un cadre d’exercices démocratiques.

Toutefois, les réalités géopolitiques actuelles beaucoup plus mouvantes depuis 1989 (montée en puissance de la Chine, rétablissement de la “verticale ” de l’état en Russie, retrait partiel des États-Unis des affaires européennes, réchauffement climatique) obligent l’Union à un aggiornamento rapide, d’autant que, depuis 2008, renaissent de dangereux nationalismes de type populiste et anti-européens…

Pour M. Morucci, sociologue et anthropologue, les antidotes à ces dangers passent par un renforcement de notre identité européenne, venue de loin et de différents courants culturels qui ont fini par créer un patrimoine commun. Elles passent également par un renforcement du budget européen, trop faible aujourd’hui, une défense plus unie (développer la Politique extérieure de Sécurité Commune, 2ème volet du traité de Maastricht de 1993). Le débat s’ouvre ensuite avec la salle…

 

Le ME 76 aux côtés des professeurs d’Histoire Géographie le 11 mars 2020

On interrogera le concept de démocratie européenne, en assistant à la conférence d’Emmanuel Morucci, professeur de sociologie à l’Université de Brest et conférencier à la Commission Européenne.

 

 

 

 

Où? A l’INSPE (ex IUFM, ex ESPE), 2 rue du Tronquet, à Mont Saint Aignan, Amphi Trénard .

Quand? A 14h30.

Pourquoi? Le programme de la spécialité Histoire- Géographie Sciences Economiques, dit de Géopolitique et Sciences politiques prévoit que les élèves de 1ères d’enseignement général abordent, depuis la rentrée 2019, le thème de la démocratie, dont notamment la construction européenne, non comme une construction achevée et modèle mais comme une espace démocratique en construction…

https://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/15/0/1e_HG-geopolitique-SP_Specialite_Voie_G_1027150.pdf

Comment? Cette conférence est organisée par l’APHG en Partenariat avec le Mouvement Européen 76. Venez nombreux!

Écoutez l’Europe, c’est mon affaire !

Samedi 8 février dans le cadre de la préparation des élections municipales, RCF enregistrait une émission en public consacrée à la place de l’Europe dans les territoires. En quoi la vie quotidienne des citoyens est-elle concernée par les initiatives de l’Union européenne ?  Quelles interactions entre l’action municipale et les initiatives européennes ?

Deux thèmes principaux ont été retenus : 
– Le pacte vert et la transformation de nos modes de vie, priorité de la nouvelle Commission européenne
– les mobilités sur les territoires et au sein  de l’Union avec un focus sur Erasmus+

INVITÉS

Philippe Thillay, Président Mouvement Européen 76
Tokdemir MIKAYIL, Directeur Maison de l’Europe Eure
Philippe LEROY, Maire de Franqueville Saint-Pierre
Vincent CRUDER, Fondateur Association PITOR
Martine RIOT, Responsable Erasmus+ au Lycée La Châtaigneraie au Mesnil-Esnard
Pascale DELOBEL, Directrice MJC de l’Eure à Elbeuf

Faites écouter cette émission en partageant le lien ci-dessous:
https://bit.ly/08-02-jecoute-RCF

Université d’automne la suite

Cette année, le Mouvement Européen France, organisé la 13e édition de l’Université d’automne à Bourges. Cette rencontre a été organisée en partenariat avec le Mouvement Européen du Cher et les Jeunes Européens. Le thème était:

« L’Europe des territoires, une Europe pour tous ? »

Conférences-débats et ateliers ont nourri la réflexion et les débats. Les thèmes portaient sur des thématiques proches des régions et communes. Retrouvez ici :

Deux points de vue complémentaires, deux retours qui pourront nourrir nos travaux à venir.

12 & 14 Novembre, La révolte des peuples ?

Catalogne, Chili, Hong Kong, Liban, Tunisie, Algérie, Gilets jaunes, les points chauds se multiplient au fil des mois. Le climat social aussi, se dérègle. On pourrait allonger la liste: printemps arabe, Iran 2017… Partout  les peuples semblent mettre en cause leurs dirigeants, dénoncer l’accentuation des fractures  sociales. En réponse, des alternatives autoritaires voient le jour ou se renforcent: Brésil, Pologne, Hongrie, Chine, Russie, Égypte…

Partout? Peut-être pas. Des Pays comme la Suisse, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas voire même les USA….ne semblent pas connaître des mouvements de même ampleur. Ces Pays ont en commun d’être décentralisés, avec des modes de gouvernance associant depuis longtemps  les citoyens. La société civile y est fortement reconnue.
Centralité du pouvoir ou décentralisation, peut-on voir dans ce clivage un élément pour comprendre les situations ? Peut-on en déduire  que l’engagement bénévole est un facteur de paix et de cohésion sociale?

Le Mouvement européen en partenariat avec Associations-et-Territoires vous propose Le mardi 12 novembre d’examiner la situation des Pays-Bas: une économie libérale puissante, mais une cohésion sociale très forte, avec un fort engagement bénévole.   Nous le ferons avec Pim De Roos un Néerlandais vivant en France expert dans l’aménagement des territoires.

Nous serons accueillis au siège de la Métropole rouennaise au Hangar 108 sur les quais rive gauche.

Associations, Entreprises, Collectivités locales, Citoyens, 
Rendez-vous le mardi 12 novembre
Inscrivez vous sur:
https://assonormandie.net/calendrier-inscription/

Focus sur la future commission européenne

La nouvelle  présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, issue de la CDU a présenté à Bruxelles les 26 commissaires qui composeront, dans un futur proche, la commission après audition de chacun d’entre eux par le parlement européen entre le 28 septembre et le 8 octobre. Pour la composition détaillée, cf le site du Mouvement Européen France.

Le positif: la parité presque atteinte (13 femmes, 14 hommes), l’équilibre entre nord et sud de l’Union, entre l’est et l’ouest, la volonté de peser davantage entre termes de puissance et sur le plan de la lutte contre les dérèglements climatiques, une présidence plus collégiale puisque la présidente, issu du PPE sera accompagnée de 2 vice-président(e)s,  le social démocrate néerlandais Franz Timmermans en charge de construire un plan vert pour l’Europe et la danoise et libérale Margrethe Vestager en charge d’un vaste portefeuille de supervision du numérique, de la concurrence, de l’innovation, des transports et de la justice…

Le négatif: la sous représentation des verts, pourtant le 4ème groupe politique du parlement aux dernières élections et en progression. Corollaire: la part trop belle donnée aux conservateurs, libéraux et sociaux-démocrates, qui peut être interprétée comme une entorse à la démocratie, les affaires de corruption qui entachent la probité de certain(e)s commissaires, qui vont devoir répondre à un feu roulant de question des parlementaires qui les  auditionneront avant leur installation définitive. et peut être une 1ère faute politique: le dossier de la protection du mode de vie européen (l’intitulé laisse rêveur…) attribué à la conservatrice et libérale grecque Margaritis Schina, par ailleurs en charge, avec un hongrois du dossier migratoire, de l’élargissement et du voisinage. Quand on connait les positions du gouvernement hongrois sur la question, il y a largement de quoi s’inquiéter.