Philippe Thillay sur Radio sensations

Il y a quelques jours Philippe Thillay, Président du Mouvement européen de Seine-Maritime était l’invité du “Mag“. Emission produite et diffusée par Radio Sensations, une Radio présente en Normandie  et notamment  sur Rouen.
Retrouvez ci-dessous en images cet entretien.

Université d’automne Mouvement Européen 2021

Par Aude Rémy
Les 8, 9 et 10 octobre derniers, s’est déroulée, à Vannes dans le Morbihan, l’Université d’automne Mouvement Européen, sur le thème « Une Europe innovante en région Bretagne ».

EUROPE BRETAGNEAprès une matinée dédiée à l’intervention de bénévoles des Jeunes Européens-France et de membres du Mouvement Européen de différentes sections dans des établissements scolaires, l’ouverture s’est tenue en début d’après-midi le vendredi, suivie deux conférences:

Économie maritime et coopération navale européenne : quelles stratégies européennes ?

Cette séquence a donné un éclairage sur le rapport géographique complexe de l’Europe avec la mer, soulignant la diversité des pays de l’Union européenne (nordiques, méditerranéens ou atlantiques) et de leur configuration par rapport aux espaces maritimes dont ils font partie. Autre diversité, celle des enjeux économiques : outre le transport maritime, ils concernent la pêche, la construction navale, l’exploitation des ressources off-shore, l’environnement et le tourisme liés au littoral. Des enjeux aujourd’hui au carrefour de stratégies multipolaires parmi lesquelles l’Europe doit trouver sa place.

 L’Europe au défi de la cybersécurité

CYBERSÉCURITÉEUROPE BRETAGNE

 

 

 

 

 

Cette conférence a abordé les attaques de systèmes informatiques vitaux pour l’économie, le fonctionnement des institutions ou des systèmes de santé, et la démocratie d’une manière générale, ainsi que le rôle de l’Europe dans la protection de ses États membres, le recours aux seules solutions nationales pouvant être source de conflits plus larges. Il a été noté l’urgence de rattraper le retard pris par certains États membres dans ce domaine. Selon les experts présents, il ne s’agit plus, pour une structure, de se poser la question « si je serai victime », mais « quand je serai victime ».

atelier durabilité des océans

Le samedi matin était dédié à plusieurs ateliers. Parmi ceux-ci, l’atelier sur la durabilité des océans a soulevé la question des lobbies et la faible mobilisation des citoyens sur le reste du territoire français par rapport à celle des populations des littoraux. L’atelier sur l’élection présidentielle a permis d’avoir un tour des sections présentes mais n’a pas permis de déboucher sur une stratégie commune pour aborder cette campagne. Celui sur l’accessibilité des questions européennes était un exposé des actions en milieu scolaire des Jeunes européens du Morbihan. Les outils qu’ils ont produits sont intéressants et devraient être mis à disposition des autres sections du ME travaillent avec les collèges. Le site www.europeparlesjeunes.fr est à cet égard intéressant à explorer. A en outre été dit que les projets ERASMUS +, bien qu’étendant la sphère sociale des bénéficiaires (apprentis, jeunes handicapés) demeure encore trop élitiste.

Le samedi après-midi, deux autres conférences se sont tenues.

Régions et Europe au cœur de la transition énergétique 

EUROPE BRETAGNE

La conférence a mis en évidence le clivage entre les pro-nucléaires et les pro-énergies renouvelables, entre la France et l’Allemagne et, au-delà des choix techniques, la différence d’approche de la gouvernance.

L’innovation au service de la souveraineté alimentaire de l’Union Européenne

Il a été rappelé que la PAC (politique agricole commune), mise en place à l’origine pour assurer la sécurité alimentaire de l’Europe, a gagné le pari puisque l’UE est aujourd’hui excédentaire. Néanmoins l’équilibre est fragile : les monocultures peuvent être décimées par des maladies et certaines matières premières importées par l’UE, telles que le soja pour les animaux, peuvent déstabiliser la planète. Il a été souligné la nécessité de développer une approche transversale associant tous les acteurs de la filière, mais aussi ceux qui y sont liés : énergie, habillement, santé, recherche. Conclusion optimiste : l’Europe peut cultiver bio et nourrir toute la population européenne. Il suffit de s’adapter.

La journée s’est prolongée par une visite du centre historique de Vannes puis un dîner au palais des congrès.
le lendemain dimanche s’est tenu le conseil d’administration, puis l’assemblée générale du Mouvement européen. le Week-end s’est prolongé pour ceux qui le souhaitaient par une visite en bateau du golfe du Morbihan.

Pour conclure:
A la suite  de l’université les participants de notre section  ont organisé une séance de “debriefing”. Nous avons  témoigné de la qualité des conditions d’accueil. Nous avons également  formulé des propositions  sur l’organisation des prochaines rencontres nationales. Nous les avons transmises au niveau national. Enfin nous avons dégagé des pistes de travail pour l’année 2022 sur lesquelles nous reviendrons dans les semaines à venir.

Vidéos :

LES FRICHES INDUSTRIELLES : LE REBOND

Webinaire printemps 2021. Cycle de conférences.

Premier volet :  LA METROPOLE ROUENNAISE

Conférence inaugurale de notre séminaire “L’Europe, le long de la Seine” du mardi 11 mai 2021.

Compte rendu rédigé par Alain Ropers, membre du Bureau du ME 76. (vidéo en pièce attachée)

Pourquoi les friches industrielles ?

FRICHES INDUSTRIELLES : LE REBONDDans son propos d’accueil,   Philippe Thillay, président du Mouvement Européen de Seine Maritime, montre que l’Europe, au-delà de ses institutions, de ses directives et de ses financements, c’est aussi un projet, des citoyens, des territoires, une communauté de destins. Aujourd’hui, l’Europe est sujette à de profondes mutations, ses territoires doivent se réinventer, comme ces friches industrielles, témoins d’un passé florissant, et que l’on doit maintenant se ré-approprier. Un rebond est indispensable. 

Continuer la lecture de LES FRICHES INDUSTRIELLES : LE REBOND

Les friches en Europe.

Les friches industrielles? Les friches, pour beaucoup de gens, sont des lieux pollués qu’il faut déblayer au plus vite avec un bulldozer. Une idée reçue bien sûr. C’est tout autre chose. Pour découvrir ce que cache ce mot, suivez-nous dans l’aventure de la découverte de l’Europe des territoires. Vous survolerez avec un drone des domaines inconnus, vous flânerez le long de la Seine. Suivez-nous et vous irez rendre visite, au gré de rencontres, à des personnalités politiques à Rouen, au Havre, à Magdebourg et Hambourg en Allemagne, et bien plus encore. En attendant vous pouvez avoir un avant-gout des visites prochaines en vous rendant sur:

Séminaire l’Europe le long de la Seine
demandez le programme

Accéder à la chaîne : https://bit;ly/ME76-chaine-tv 
Suivez-nous aussi sur
Facebook:@Mvt.europe76
Tweeter: @76europeen
et Instagram: @mouvement.europeen.76

Brest, les Capucins : vivre en trois dimensions

Une démarche participative originale

La démarche qui a conduit à la conception finale du projet de  réhabilitation des Capucins est assez originale. Une équipe d’enquêteurs a recueilli les avis des Brestois lors de journées portes ouvertes. Des riverains ou des Brestois venus d’autres quartiers se sont impliqués dans ce projet, ont nommé les lieux, participé à transformation des espaces tout en gardant des témoins du passé industriel comme le pont roulant. L’enquête a mis en avant le très fort attachement des Brestois à ce site et à son histoire. La charge affective et patrimonial est énorme. D’abord, la première pierre fut posée en 1695 , ce fut pour construire un couvent de Capucins. Puis deux siècles plus tard la Marine s’y installait et agrandit les bâtiments pour y réparer ses navires. En 2000 l’ensemble des constructions fut rétrocédé à la ville.


Des enjeux financiers énormes

Fonds publics et privés, il a fallu près de 150 millions d’euros pour financer cet énorme chantier. Isolation thermique, ravalement et construction de verrières pour réinventer l’éclairage, mettent les pierres et les briques en valeur. Un téléphérique relie le nouveau pôle  au centre-ville, point d’orgue de cette réalisation ambitieuse. Les Capucins, lieu de vie hype, regroupe autour d’une agora une médiathèque avec plus 120 000 ouvrages en libre-service. La médiathèque est la tête de réseau de toutes les autres bibliothèques de Brest. On y trouve aussi une salle d’exposition, des commerces et des lieux de loisirs. En tout, cela représente plus de 10 000m2 de culture et de détente.

Découvrez le programme  du séminaire
L’Europe le long de la Seine
en cliquant ici

Sur une idée de Benjamin Aston, bibliothécaire à Rouen.

à voir sur notre chaine tv: https://bit.ly/ME76-chaine-76

Les coulisses d’un chantier

Les ateliers des Capucins

Marcel Dumont, professeur de mathématiques et de rêves

Marcel Dumont est décédé dans sa 97e année le 17 avril 2021.
Le texte ci-dessous a été écrit par Gérard Grancher en hommage à celui qui était le doyen de notre section locale du Mouvement européen.

Nos plus tendres pensées vont à Françoise et toute sa famille.

Continuer la lecture de Marcel Dumont, professeur de mathématiques et de rêves

Assemblée Générale 2021

Le Mouvement européen de Seine-Maritime a tenu son assemblée générale  statutaire lundi 25 janvier de 18h00 à 20h00.
Nous devions être accueillis dans l’hémicycle du Département du Conseil départemental par le Président Bertrand Bellanger. Mais conditions sanitaires obligent, nous avons dû nous replier sur l’outil visioconférence.
Dans cette perspective, nous avons envoyé à chaque adhérent, plusieurs jours  avant l’assemblée générale, l’ensemble des documents dont nous devions débattre. Nous avons mis en place une procédure de vote à distance, permettant à chacun de s’exprimer qu’il soit ou non présent à l’Assemblée générale.

Au final, une cinquantaine de personnes ont participé à la visioconférence et 61 personnes ont participé au vote.

Vous trouverez ci-dessous les liens vous permettant de retrouver l’ensemble des documents de l’assemblée générale.

L’Europe à l’heure numérique, les suites

Vendredi 4 décembre s’est tenue la conférence de synthèse du séminaire : l’Europe à l’heure numérique. Nous avons reçu Nicolas Mayer-Rossignol, Président de Métropole Rouen Normandie, Maire de Rouen et Mme Morin-Desailly, Sénatrice de Seine-Maritime.
La conférence a été introduite par Alain Ropers qui en quelques minutes a présenté une synthèse de nos travaux.

MINI-SYNTHÈSE GÉNÉRALE, par Alain Ropers

 Comme nous l’avons précisé au début de cette réunion, nous avons organisé deux cycles de visioconférences.

  • Un premier cycle au mois de juin sur le thème de la santé que nous avons abordé avec différents regards : celui du médecin, de l’industrie pharmaceutique, du législateur français et européen, et sous l’aspect de la solidarité entre états et de la souveraineté européenne en la matière. C’était passionnant.
  • Un deuxième cycle qui se termine aujourd’hui sur le thème du numérique qui bouleverse profondément nos sociétés. Nous y avons donc consacré quatre visioconférences, en invitant des personnalités qualifiées pour nous parler des enjeux économique, éthique, sociétal et géopolitique du développement numérique….   Pour lire la suite, cliquez ici

Visionnez les interventions de Nicolas Mayer-Rossignol et Catherine Morin-Desailly. Cliquez sur le lien: https://bit.ly/04-12-synthese-seminaire 

Intervention de Nicolas Mayer-Rossignol,

Fonctionnaire auprès de la Commission Européenne de 2003 à 2008, spécialiste de pharmacobiologie et actuellement, Maire de Rouen et Président de Rouen Normandie Métropole.
À la commission européenne, Nicolas Mayer-Rossignol était spécialisé dans le domaine du médicament, des vaccins et de la thérapie génétique. Ce domaine dépendait de l’Industrie, à présent ce domaine est rattaché à la Santé.
Monsieur Mayer-Rossignol est en disponibilité actuellement … Pour lire la suite, cliquez ici.

Intervention de Madame Catherine Morin-Desailly

L’Europe et le numérique, deux thèmes qui me sont chers. Le numérique est plus que jamais d’actualité ; en juin 2016 j’ai clôturé une réunion des jeunes européens au CNAM où je parlais du numérique ; or aujourd’hui, plus que jamais, le numérique est en pleine actualité.
Je reprends les propos de Nicolas Mayer-Rossignol, je partage avec lui l’idée que Rouen doit être une Eurocité, Rouen a tous les bons atouts pour y réussir, de plus l’attractivité de la Normandie passe par l’attractivité de ses villes.

Le parlement français fait des propositions de loi, comme le projet de loi contre la haine en ligne ; il est essentiel de préserver la liberté de la presse et la liberté d’expression.
Je sors d’une réunion où j’étais en lien avec des parlementaires de plusieurs pays pour mettre en place une régulation de l’Internet qui se joue au niveau européen, mais aussi au niveau mondial… Pour lire la suite, cliquez ici

Synthèse, par Alain Ropers

MINI-SYNTHÈSE GÉNÉRALE,

 Comme nous l’avons précisé au début de cette réunion, nous avons organisé deux cycles de Visio conférences.

  • Un premier cycle au mois de juin sur le thème de la santé que nous avons abordé avec différents regards : celui du médecin, de l’industrie pharmaceutique, du législateur français et européen, et sous l’aspect de la solidarité entre états et de la souveraineté européenne en la matière. C’était passionnant.
  • Un deuxième cycle qui se termine aujourd’hui, sur le thème du numérique qui bouleverse profondément nos sociétés. Nous y avons donc consacré quatre visioconférences, en invitant des personnalités qualifiées pour nous parler des enjeux économique, éthique, sociétal et géopolitique du développement numérique.

L’ENJEU ÉCONOMIQUE:

Lors de notre première visioconférence, nous avons écouté Manuela Portier, présidente de Cap Digital.
Elle a choisi d’axer son propos non pas sur l’économie à proprement parler, ni même sur le numérique, mais plutôt sur l’impact du numérique pour aider à la transformation de l’économie, vers une économie plus vertueuse, centrée sur les objectifs de l’Union Européenne, à savoir la transition énergétique, le développement du numérique et son indépendance.

Elle a montré comment cette démarche de mise en réseau d’acteurs qui n’avaient pas forcément l’habitude de travailler ensemble pouvait aider à l’apparition de villes vertueuses.
Accéder à cette conférence: https://mouvement-europeen76.eu/europe-numerique-economie/

L’ENJEU ÉTHIQUE:

Pour notre deuxième visioconférence, l’invitée, Elodie-Paola Palombi, fondatrice de la société EDI, ou Ethic Digital Impact.
Elle a attiré notre attention sur la formidable révolution que nous vivons actuellement, après l’apparition de l’agriculture au néolithique et l’apparition de l’industrie au dix-neuvième siècle.

L’homme est confronté aux réseaux et au temps réel, ce qui entraine des dérèglements sociaux, économiques, civilisationnels et environnementaux, enjeux auxquels l’éthique, nous impose d’apporter des réponses et donc de mettre en place le développement durable, auquel le numérique peut apporter du positif comme du négatif.
Accéder au compte rendu de cette conférence: https://mouvement-europeen76.eu/suite-conference-ethique/ 

L’ENJEU SOCIÉTAL:

Pour la troisième visioconférence, notre invité était Philippe Vidal, professeur des universités en géographie et en aménagement actuellement en poste à l’université du Havre.
Il nous a montré les étapes du développement numérique dans les différents territoires européens, américains et chinois, et présenté les enjeux fondamentaux du numérique : les habitants, la régulation publique, la justice spatiale et sociale, la formation, la démocratie et la gouvernance.

Pour lui l’Europe et les citoyens européens sont à la croisée des chemins, et devra choisir, parmi les scénarios possibles, de favoriser un modèle humaniste plaçant l’humain au centre de l’innovation et prônant une société ouverte, démocratique et durable.
Accéder au compte rendu de cette conférence: https://mouvement-europeen76.eu/enjeu-societal-compte-rendu/

L’ENJEU GÉOPOLITIQUE:

Pour notre quatrième visioconférence notre invité était Gilles Babinet, vice-président du Conseil National du numérique, un collège de trente membres nommés par le premier ministre, et chargé de représenter la France à Bruxelles en ce qui concerne le numérique.
Il nous a expliqué la fin des modèles régaliens, puisqu’aujourd’hui de nombreux acteurs comme les hackers, les géants du numériques, etc. prennent une puissance aussi grande voire plus grande que les états, et que cela menace notre souveraineté numérique.

Selon Gilles Babinet le destin de l’Europe est de faire émerger un projet européen de démocratie technologique, et surtout, il est urgent de penser à long terme, en misant, par exemple sur le développement d’une cyber défense européenne, ce qui se rapproche de la recherche fondamentale.

Deux courtes phrases de Gilles Babinet peuvent résumer ces quatre visioconférences :
Accéder au compte rendu de cette conférence: https://mouvement-europeen76.eu/compte-rendu-enjeu-geopolitique/ 

« Tout n’est pas perdu. Mais il faut se réveiller. »

 

 

L’Europe à l’heure numérique: Nicolas-Mayer Rossignol

Fonctionnaire auprès de la Commission Européenne de 2003 à 2008, spécialiste de pharmaco-biologie et actuellement, Maire de Rouen et Président de Rouen Normandie Métropole.
A la commission européenne, Nicolas Mayer-Rossignol était spécialisé dans le domaine du médicament, des vaccins et de la thérapie génétique. Ce domaine dépendait de l’Industrie, à présent ce domaine est rattaché à la Santé. Monsieur Rossignol est en disponibilité actuellement .

Smart City ?

Rouen s’appuie sur le numérique pour pousser sa candidature à Rouen Capitale Européenne de la culture, candidature sur laquelle nous fondons beaucoup d’espoirs.
Lorsque l’on parle de Digital et de Smart City on a souvent le sentiment que mettre du numérique et de la technologie est forcément positif mais il faut rester prudent car l’évolution technologique n’est que ce que l’on en fait, elle n’est pas intrinsèquement un gage de moralité d’intelligence progressiste, sociale, inclusive, bienveillante, durable… Il faut garder en tête ce principe, mais ce principe de prudence n’est pas un principe d’inaction, mais un principe selon lequel l’action doit être dirigée par l’humain. Smart City ne résout pas tout. Il y a quelques années on croyait que l’Internet allait ouvrir toutes les portes, cela a fermé des portes à certains.

L’ambition de la Métropole sur le numérique est forte ; on dispose déjà d’une filière numérique et le pourcentage d’emploi est en croissance depuis 10 ans, même si on est encore loin d’autres régions il existe une dynamique numérique dans la Métropole, avec un écosystème (e-commerce, usine 4.0 …) encouragée par les attentes des citoyens. Rouen Métropole Capitale du monde d’après intègre un projet de métropole connecté sur plusieurs dimensions : administration, participation citoyenne, inclusion, mobilité, open data qui seront déployés tout au long du mandat. Travailler à un forum de la résilience e-numérique permet de développer l’intelligence collective.

Le numérique intervient dans tous les aspects de la vie de la ville de Rouen. Dans le domaine universitaire, Erasmus a encouragé les échanges d’étudiants, désormais les étudiants font une partie de leurs études à l’étranger. Il y a des étudiants norvégiens au lycée Corneille, il faut multiplier et développer ces échanges entre pays européens.

Le digital a fait évoluer la vie quotidienne de la ville, cela nous a aidés par exemple à faire face à la gestion des déchets. Nous pourrions avoir une application qui donnent les horaires des camions poubelle, le niveau de remplissage des containers…Rouen a du retard, mais nous travaillons à rattraper ce retard. Pendant la crise sanitaire les élus ont mis des moyens en ligne pour garder le contact avec les habitants. En tant que maire je suis disponible tous les vendredis à 18 heures pour des échanges en visioconférence ouverte à tous. Nous développons une intelligence collective. Les élus ont préparé la rentrée des classes avec les parents par visioconférence, il y a eu des échanges qui ont permis de faire émerger des idées auxquelles nous n’avions jamais pensé auparavant.

La Métropole rouennaise et l’Europe :

L’apport européen est fondamental, nous partageons des valeurs, un modèle de société, en plus de la science et de la technologie. C’est un sujet de résilience et un apport culturel. Le levier culturel est essentiel dans la transformation de notre territoire. La Seine est un axe qui est loin de nous unir, on vit chacun de son côté, mais pas ensemble. Rouen ne donne pas l’image d’emblée d’une ville portuaire. Il y a un potentiel inexploré, il y a des flux intéressants : flux de bateaux, flux de d’étudiants, il y a des festivals. Notre territoire souffre d’un déficit de friche portuaire ; il y a un grand besoin de changement, nous sommes dans l’attente de la transition sociale et écologique, de transition numérique et agricole.

Le lien de la Métropole et l’Europe sous l’angle numérique est très fort ; le numérique autorise les échanges et collaborations entre les grandes villes européennes qui partagent des problématiques identiques (difficultés économiques, liens historiques…).

Les relations Europe – Métropole se manifeste aussi au travers du projet de Rouen Capitale Européenne de la culture. Ce projet doit inscrire notre métropole dans la dynamique européenne mais aussi être, au-delà de 2028, un véritable levier pour le développement et la transformation de notre territoire sur la décennie ou plus et un levier de lien entre nous (le vivre ensemble et non côte à coôte) ; c’est du point de vue de Nicolas Meyer-Rossignol un véritable enjeu d’enrichissement : entre quartiers, entre rives mais aussi dans notre rapport à notre environnement, lien entre les villes portuaires d’Europe par exemple ; et l’Europe est un catalyseur formidable pour notre futur.

Malgré les efforts de ces dernières années pour faire évoluer notre métropole, le monde a aussi évolué et les attentes de nos citoyens également ; et pour cela on a aussi besoin d’Europe, pas seulement en termes d’aides financières mais aussi pour nous nourrir des expériences européennes en matière d’urbanisme, de logement, de mobilité. Par exemple en mobilité active sur 100 produits qui entrent ou sortent du port de Rouen 75 le sont via la route 20 via le fleuve et 5 via le train ; ce n’est évidemment pas satisfaisant pour demain et des solutions inspirantes existent ailleurs en Europe. Nous pouvons nous nourrir des expériences Européennes comme la ville de Leipzig qui peut nous inspirer pour l’habitat et la mobilité. Il faut s’intéresser aux mobilités actives : utiliser les vélos etc. Il faut s’intéresser au ferroutage, d’autres pays européens l’ont fait avec succès, pourquoi pas nous. À Anvers, qui a mieux compris les impératifs écologiques, les chargements partent par canaux.

Redonner envie d’Europe :

Nous devons redonner envie d’Europe, pas seulement pour des raisons économiques mais aussi pour ses valeurs, les échanges, la fraternité, la laïcité. Rouen doit retrouver sa place dans les radars européens dans les réseaux de villes portuaires, de jeunesse en s’appuyant sur ses institutions publiques mais pas que… elle doit aussi s’appuyer sur ses entreprises, ses associations, ses citoyens.

En réponse à Bernard Deladerrière et Jean-Marc Delagneau, l’idée de développement d’un partenariat d’axe Seine avec l’axe Hanovre- Berlin est une idée à creuser et aussi développer une vision de transformation industrielle avec Hanovre de méthode industrielle de dépollution.  Un partenariat pourrait s’organiser dans ce cadre portant sur un écosystème à déployer et le développement des énergies marines renouvelables.

 trois mots clé pour conclure :

  • Technologie et démocratie
  • Transitions
  • Lien : notion de fraternité, de solidarité, solidarité militaire, mais aussi solidarité des peuples.

L’identité de notre capitale normande doit évoluer. Nous avons besoin d’un lien entre Rive Droite / Rive Gauche et entre les communes de la Métropole. Nous pouvons enrichir nos liens avec les villes de la Hanse.