HANOVRE

HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE : WASSERSTADT LIMMER

Après les friches de Rouen, du Havre et de Lille, nous tournons notre regard vers l’Europe. Voici donc deux exemples en Allemagne, à Hambourg et à Hanovre, dissemblables par leur échelle. Les projets de HafenCity et de Wasserstadt Limmer diffèrent aussi par leur situation par rapport à la ville et par leur état d’avancement. La méthodologie mise en place pour leur réalisation n’ont rien en commun.
Aujourd’hui: Hambourg avec HafenCity et Hanovre avec Wasserstadt Limmer

HAMBOURG ET HANOVRE           
 Jean-Marc Delagneau, Vice-Président du Mouvement Européen de Seine Maritime, et germaniste distingué, assure l’animation et la traduction.

L’Europe et les Territoires

L’Europe le long de la Seine
FRICHES INDUSTRIELLES ET PORTUAIRES : LE REBOND ALLEMAND
Webinaire printemps 2021. Cycle de conférences
.Quatrième étape 3 juin 2021 :

Hambourg : HafenCity    
   Hanovre : Wasserstadt Limmer
Voir la Vidéo de la visioconférence

PREMIERE PARTIE : HAFENCICY


HAMBOURG ET HANOVRE    Le Professeur Jürgen Bruns-Berentelg, professeur d’aménagement urbain intégré, nous fait l’honneur de présenter le quartier HafenCity à Hambourg, projet qu’il gère ce projet depuis 18 ans, en tant que géographe, urbaniste, économiste.

HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

HafenCity

Un port le long d’un fleuve

Le Port de Hambourg et Haropa, qui fusionne les ports de Paris de Rouen et du Havre peuvent être considérés comme concurrents, mais ils sont aussi partenaires, par leurs similitudes et leurs complémentarité.
Situé le long d’un fleuve, l’Elbe dont les chenaux doivent être dragués en permanence, Hambourg doit aussi faire face à la concurrence de Rotterdam ou d’Anvers et donc garder une taille critique significative : la réalisation du projet HafenCity permet de doubler la population du centre-ville.
HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER


Hambourg, une ville, un Etat

Un Etat

Mais contrairement à nos villes françaises empêtrées dans nos millefeuilles administratifs, Hambourg est une ville-état : c’est l’un des 16 états (Länder) de la République Fédérale d’Allemagne.

Une ville

Hambourg, en tant que ville libre et état à la fois, a pu créer HCH (HafenCity Hamburg GmbH) une structure publique municipale et étatique, capable de prendre en charge les responsabilités à la fois du public et du secteur privé. HCH est propriétaire du foncier, ce qui facilite les négociations avec les promoteurs privés et lui permet de procéder aux investissements nécessaires et au financement des infrastructures. C’est encore HCH qui est le seul interlocuteur pour les clients et les investisseurs constructeurs. Enfin, c’est HCH qui s’occupe de toute la coordination et planification permettant ainsi au secteur privé de se concentrer sur la qualité et l’innovation à l’intérieur de chaque projet, aussi bien en favorisant le développement durable qu’en organisant des espaces pour un meilleur cadre de vie.

Une réalisation colossale


Cette particularité est un atout précieux lorsqu’il s’agit de réaliser HafenCity, le plus grand projet européen de transformation urbaine : 13 milliards d’euros d’investissements publics et privés, 2,4 millions de m2 construits, 7 500 logements, environ 45 000 emplois, sur le site des anciennes friches portuaires d’une surface de 157 hectares, situé tout près du centre-ville en face des secteurs portuaires actifs de Grasbrook et à proximité du quartier de Billebogen.


HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

Un processus original et créatif


HCH, rassemblant en son sein les différentes compétences pluridisciplinaires a pu concevoir un plan directeur coordonnant l’ensemble des construction, par le biais de concours de promoteurs d’ingénieurs et d’architectes, et gérant la réalisation des infrastructures, des paysages, des quais et des espaces libres.
Ce plan directeur n’est pas un document figé et contraignant, mais fait l’objet d’allers et retours permanents, d’améliorations, d’adaptations, d’innovations en fonction des problèmes rencontrés.

Par exemple, pour lutter contre le bruit, il a été décidé, avec l’office fédéral de l’environnement, de mesurer le bruit non pas à 50 cm des bâtiments, mais au niveau de l’oreille de la personne censée dormir dans sa chambre. On a ainsi inventé un type de fenêtres particulières pour les zones exposées au bruit.

Un autre point particulier à ce site est   puisque le niveau des eaux peut varier de plusieurs mètres.

HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

On a défini le niveau bas des constructions en conséquence et on a pris des dispositions spéciales pour les promenades extérieures qui servent de rempart à la montée des eaux.

HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER


Un quartier mixte, vivant et  bien desservi 

Le plan directeur a prévu une mixité économique et sociale aussi bien horizontale que verticale. C’est-à-dire qu’on trouve côte à côte des logements de types différents, des commerces, des bureaux, mais aussi qu’un même immeuble peut abriter à certains étages des logements et à d’autres des bureaux ou des espaces culturels.
L’imbrication des espaces de formation, de culture, de loisir, de travail, d’habitation, de restauration, d’hôtels, rend ce quartier très vivant.D’autant plus qu’on peut se rendre dans dans le reste de la métropole, par le métro (U-Bahn), le RER (S-Bahn), les bus, les transports fluviaux, les pistes cyclables et les cheminements piétonniers adaptés. La voiture ne devient plus absolument nécessaire.

Un quartier écologique


Il va de soi que le bilan carbone de ces nouveaux aménagements est tiré à la baisse : réduction de la circulation automobile, bornes de recharge pour les voitures électriques, bâtiments à faible bilan énergétique, aussi bien pendant leur construction, leur utilisation que pendant leur déconstruction et la récupération de leurs matériaux, le but étant d’arriver à terme à la neutralité carbone.


Diaporama de l’exposé sur Hafencity à Hambourg


DEUXIEME PARTIE : WASSERSTADT LIMMER

Le projet Wasserstaed Limmer comparable par certains points à l’éco quartier Flaubert de Rouen, nous est présenté par HAMBOURG ET HANOVREM. Lars Kelich, élu de la mairie de Hanovre en charge de ce projet et responsable de la majorité au sein du Conseil Municipal.


Un quartier vert


Hanovre constitue la porte de l’Allemagne du nord. C’est une ville de 540 000 habitants, jumelée à Rouen, bien plus petite que Hambourg. Contrairement à HafenCity, le quartier Wasserstadt Limmer ne se trouve pas au centre-ville. En effet, il en est éloigné de quelques kilomètres, dans une zone d’espaces verts et de canaux. Ce secteur, inondable en grande partie, à proximité des fameux jardins à la française d’Herrenhausen, reçoit 60 000 visiteurs par an. A peu de distance on rejoint le quartier de Linden Nord, connu pour ses théâtres, ses équipements culturels, et les manifestations festives de ses étudiants.


HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER


Un passé industriel


C’est à cet endroit, sur un terrain de 23 hectares, que s’est implantée au 19ème siècle l’usine Continental, spécialisée dans le caoutchouc puis les pneus, donnant du travail à 18 000 ouvriers, qui n’étaient plus que 900 à sa fermeture en 1999. Les canaux, eux, n’ont été construits qu’en 1915.


HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

Les marqueurs du passé


Après a fermeture de l’usine, beaucoup de bâtiments ont été démolis, mais certains bâtiments, bien que non réutilisables en l’état à cause de leur pollution à la nitrosamine (un produit utilisé dans la fabrication du caoutchouc) ont été conservés comme monuments historiques. En particulier la tour du château d’eau central a été réhabilité et sera le point de repère et le signal emblématique du nouveau quartier.

CONTINENTAL HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

La démarche

Concertation

Lors de la vente du site à l’investisseur promoteur Papenburg qui souhaitait le réutiliser pour des implantations industrielles, la ville de Hanovre n’était malheureusement pas en capacité financière de se porter acquéreur, ce qu’elle n’hésiterait pas à faire aujourd’hui. Les nombreuses discussions entre les responsables politiques et les différents propriétaires fonciers, promoteurs ou investisseurs a rendu l’élaboration du projet très compliqué. Les pourparlers avec les résidents des quartiers voisins, soucieux de conserver le caractère plutôt traditionnel et verdoyant de leur habitat ajouté encore à la complexité . De son côté, la mairie voulait rester maître du processus et craignait une privatisation excessive.

Cahier des charges

Cette concertation a abouti à un cahier des charges limitant la hauteur des bâtiments et le nombre de logements prévus (1600), garantissant une certaine mixité sociale avec un minimum de 20% de logements sociaux, préservant d’importantes surfaces vertes publiques avec des chemins piétonniers et des circulations douces, notamment sur les rives des canaux qui resteront dans le domaine public. Le quartier comprendra aussi des équipements pour les enfants et pour les personnes âgées.

HAMBOURG : HAFENCITY et HANOVRE :WASSERSTADT LIMMER

L’avancement du projet


La première tranche

est bien avancée, avec de nombreux bâtiments sont terminés ou en cours d’achèvement. C’est un quartier plutôt agréable, et très vert.


Pour la deuxième tranche,

les plans avancent rapidement, mais on est encore au stade des discussions et des passages en commissions. Reste encore l’examen des divers problèmes potentiels, notamment celui de la desserte du futur quartier. En effet, le tramway et le métro ne dépendent pas de la ville mais de la région de Hanovre.  De plus, cette dernière est aujourd’hui réticente à investir dans la création d’ une ligne pour desservir ce quartier. Néanmoins, une piste cyclable est en cours de construction.
Autre problème, le prix du foncier devient très élevé à cause du coût de la dépollution du site. En effet on peut s’étonner que Continental n’ait pas dû  prendre en charge cette dépense. Mais fort heureusement pour Hanovre, les diverses subventions, notamment de l’État fédéral ont partiellement compensé cet obstacle. Mais les choses avancent, de fait, l’aménagement de ce quartier va se terminer en 2029, c’est-à-dire 30 ans après la fermeture de l’usine Continental.


CONCLUSIONS


Le temps imparti ne permet pas de se prêter au jeu des questions réponses.

Jean Marc Delagneau remercie nos intervenants, et les invite à venir en Normandie visiter nos friches et nos projets.

Philippe Thillay replace ces quatre conférences sur le thème du rebond des friches industrielles en Europe, à Rouen, eu Havre, à Lille et en Allemagne. Il nous invite à assister nombreux à la séance de clôture tout début juillet. Par conséquent nous pourrons réfléchir alors aux conclusions à tirer au bénéfice de notre métropole rouennaise. Cette dernière séance doit se dérouler avec la participation de Nicolas Mayer Rossignol et peut-être d’Édouard Philippe.

Fin de la visioconférence, à 19 h 30. Nous étions une vingtaine de participants.
HAMBOURG ET HANOVRE    Compte rendu rédigé par Alain Ropers.

Accéder à la chaîne: https://bit.ly/ME76-chaine-tv 
Suivez-nous aussi sur

Facebook:@Mvt.europe76
Tweeter:@76europeen
et Instagram:https://www.instagram.com/mouvement.europeen.76/

En découvrir plus sur Internet avec des vidéos :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.