Thomas Sankara, l’homme qui allait changer l’Afrique

Source: Les Grandes traversées de France-Culture: https://bit.ly/Fr-Culture-Th-Sankara 
“Depuis son assassinat en 1987 au Burkina Faso, Thomas Sankara inspire la jeunesse, jusqu’en Europe. Héros moderne des peuples noirs, figure mythique et martyre, Sankara a transformé son pays, …

… Thomas Sankara a transformé son pays, que la France avait nommé Haute Volta, en modèle alternatif planétaire. Le baptisant Burkina Faso, littéralement “Le pays des hommes intègres”, Thomas Sankara lui a forgé un destin en inventant un modèle de développement qui embrassait le féminisme, l’écologie, l’art et la culture, avec le refus de payer la dette, en s’affranchissant rapidement des idéologies pour s’appuyer sur une politique de la morale.

Cette vision d’une modernité étonnante a changé le Burkina Fasso, montré à l’Afrique comment s’affranchir des rapports post-coloniaux, et en premier lieu de la Françafrique. Le mythe Sankara s’est d’autant plus installé que sa mort en a fait un martyre shakespearien. L’homme qui a donné l’ordre de tuer Sankara était son meilleur ami, son frère de combat et de révolution : Blaise Compaoré.

A travers l’épopée de Thomas Sankara se dévoile une histoire enfouie sous les cendres du colonialisme français, une géopolitique complexe, des logiques de pouvoir sophistiquées, une atmosphère de complot permanent.” (source France – Culture)

Une Grande Traversée en cinq épisodes, co-signée Christophe Nick et Somany Na : https://bit.ly/Fr-Culture-Th-Sankara 

Participez au cycle de  rencontres proposé
par le Mouvement européen de Seine-Maritime.

Premier Rendez-vous:
Mercredi 12 octobre 18h00. En savoir plus.
https://mouvement-europeen76.eu/afrique-europe-inscription/

 

Une réflexion sur « Thomas Sankara, l’homme qui allait changer l’Afrique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.