Jean-Luc Mélenchon : attaque contre les Traités

GOUVERNANCE : 1,5/5

Le programme de Jean-Luc Mélenchon a une cohérence et propose une méthode : focaliser l’UE sur les questions climatiques et sociales à travers la négociation de nouveaux traités soumis à referendum. En cas d’échec, il prône l’opposition systématiquement aux institutions européennes dans tous les domaines incompatibles avec son projet. C’est une stratégie d’obstruction et de désobéissance qui est proposée. Le candidat espère pouvoir créer une coalition avec d’autres pays agissant dans la même direction (sociale et environnementale, non libérale) pour changer l’Europe en profondeur. Pas de Frexit donc mais une attaque en règle contre les traités prônant un rapport de force et des mesures unilatérales de désobéissance. Sur le plan démocratique, il propose de renforcer la participation des députés nationaux aux décisions européennes, de renforcer le rôle du Parlement et d’instaurer un plus grand équilibre et plus de transparence entre les institutions européennes. Il plaide enfin pour une France non-alignée, altermondialiste, en rejetant toute défense européenne.

ECONOMIE ET FINANCE : 1/5

Jean-Luc Mélenchon propose un programme européen idéalement radical (plan A) qui plait à un large pan de l’électorat de gauche, mais qui repose sur des perspectives très hypothétiques de renégocier fondamentalement les Traités ou, à défaut, de s’opposer à des décisions éloignées de son idéologie (plan B). Cette posture traverse ses propositions économiques et financières, qui sont travaillées et partiellement éligibles mais non compatibles avec le droit communautaire (par ex : affranchissement des règles budgétaires) ni convergentes avec les positions établies. Certaines préoccupations sont censées (par ex : souci de la convergence fiscale et sociale), mais les idées sont mal avisées (par ex : financement des États par la BCE), peu constructives et de nature à isoler la France.

Pas de Frexit, mais une attaque en règle contre les traités

ENVIRONNEMENT ET CLIMAT : 1,5/5

Jean-Luc Mélenchon présente un programme cohérent, fondé sur le protectionnisme écologique, mais totalement alternatif à la dynamique européenne du Green Deal. Bien que ses propositions contiennent des éléments favorables à la coopération européenne en matière environnementale, il théorise une rupture qui va plus loin que 2017. Dès 2017, il remettait en cause les Traités de l’Union européenne (logique Plan A / Plan B) et va plus loin en 2022 en refusant la primauté du droit l’UE au motif -inutile -que l’Europe empêcherait la France d’être plus ambitieuse que ses partenaires.

SOCIETAL : 2,5/5

Le programme insiste sur la nécessité de tirer les ambitions européennes vers une convergence sociale et environnementale à partir de critères ambitieux, correspondant aux standards français. Il développe une stratégie pour y parvenir, compatible avec l’Union européenne, mais en posant clairement la désobéissance aux traités actuels et la non-application du droit européen si ceux-ci ne permettent pas de respecter ces standards nationaux. Le programme s’inscrit dans l’UE et a pour objectif de faire évoluer les règles du jeu, notamment sur les sujets relatifs aux migrations et aux frontières de l’UE.

Retour vers la synthèse:
https://mouvement-europeen76.eu/europe-candidats/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.