CETTE FOIS, le 26 MAI, JE VOTE EUROPEEN !

Le Mouvement Européen76 n’a pas ménagé ses efforts pour faire connaître les enjeux de ce vote du 26 mai prochain : débats, distributions de tracts sur les marchés de Seine-Maritime, particulièrement dans les localités fortement abstentionnistes. Nous sommes attachés à notre position d’active neutralité trans-partisane, et l’objet de cet article n’a pas pour but de donner une consigne de vote, mais simplement d’éclairer votre choix. Donc quelques conseils, et vous en ferez ce que vous voudrez !

1/ Tout d’abord, aller voter :

S’abstenir c’est décider de ne pas choisir, donc laisser la place et favoriser les listes extrémistes en présence (nous ne citerons pas de nom ) qui mobilisent et veulent détruire la construction européenne, de façon proclamée ou insidieuse….

2/ Pour qui voter ?

La campagne qui a démarré très tard, avec des programmes parus entre le 6 et le 9 mai (??) pour certaines listes et des listes nationales élaborées en « virant » ou rétrogradant parfois des députés européens expérimentés, ne nous facilite pas la tâche. Pourtant le travail d’un député européen est très technique, ardu, et nécessite une bonne connaissance des dossiers (les projets de directive) et un bon sens du compromis. Enfin n’oubliez pas que nous avons 74 députés français sur un parlement de 751 députés. Nous ne décidons pas seuls…

3/Notre conseil :

Votez pour des listes « europhiles » et constructives capables de peser sur les décisions qui seront prises, donc en mesure de former au parlement un groupe d’au moins 25 députés, issus d’au moins 7 pays différents de l’Union. Ces groupes représentatifs ne sont pas légion : en gros les sociaux-démocrates, les conservateurs, les verts et les libéraux. Aucun de ces groupes n’ayant la majorité absolue au parlement, ils sont obligés de nouer des alliances de circonstance…

Les autres groupes, plus eurosceptiques, sont minoritaires et peu capables de peser sur les projets de directives élaborées à Strasbourg et Bruxelles.

Pour nous en France les courants qui “pèsent” au parlement sont représentés par les listes Envie d’Europe (PS+Place publique), le Parti Républicain (membre du PPE), les écologistes, la liste Renaissance (LREM + Modem), présentée par le gouvernement d’Emmanuel MACRON qui se propose, elle, de rejoindre le groupe libéral (ALDE).

Nous regrettons l’éparpillement folklorique et vain des petites listes (33!), qui profitent de la proportionnelle pour affirmer une identité quelconque (c’est leur droit le plus strict mais quelle efficacité??). Elles oublient que le parlement européen travaille avec des majorités de compromis, des députés expérimentés, des groupes solides capables de bâtir une Europe plus solidaire, donc plus sociale, plus humaine, plus fédérale au plan monétaire et budgétaire, et aussi plus responsable de notre planète terre, tout en se situant dans une économie libérale et non administrée, mais régulée.

Ainsi va l’Union Européenne…..Ce n’est pas la France en plus grand, mais notre pays peut peser de tout son poids, qui est grand, si nous faisons les bons choix.

La Normandie sera-t-elle bien représentée au futur Parlement Européen ?

La France bat tous les records de l’éparpillement des listes (33 à ce jour!) et au vu de l’examen de ces listes élaborées au plan national, il n’est pas certain que la région normande (3, 5 millions d’habitants) en sorte grandie en termes de représentation au futur parlement élu le 26 mai prochain.

En effet, les candidats normands sont- ils placés en position d’éligible  sur les listes des groupes donnés gagnants, au vu des sondages actuels, qu’il faut bien sûr considérer avec la plus grande prudence ? Le peloton de tête est à l’heure actuelle Renaissance (21% des intentions de vote) et le Rassemblement national (21%), suivi des Républicains (14%), la France insoumise (12%), debout la France (6%) les Verts (7%) puis le PS-Place publique/Envie d’Europe (5%), d’après les sondages.  Les sondages sont à prendre bien sûr avec des pincettes car nous les publions à 20 jours du vote, avec une marge d’erreur considérable car la campagne vient de démarrer et on donne le camp des abstentionnistes à 60% !

Les candidats normands les mieux placés (en absolu, leur chance d’éligibilité étant corrélée au score final de leur liste) sur leurs listes respectives sont:

David CORMAND, en 5ème position sur la liste des Verts, Arnaud HADRYS en 10ème position pour le PS/Place publique, Gilles LEBRETON en 11ème position pour le Rassemblement national, Stéphanie YON-COURTIN en 13ème position sur la liste Renaissance (LREM + Modem), Françoise GUEGOT en 22ème position sur la liste Les Républicains, Nicolas CALBRIX en 17ème position sur la liste Debout la France. A noter que le Rassemblement national pourrait même, au vu des intentions de vote avoir un deuxième élu normand en la personne de Nicolas BAY, étiqueté Ile de France, sur la liste, mais élu dans notre région.

Au final, notre région serait donc, en toute hypothèse et compte tenu des sondages actuels, représentée par 3 élus potentiels : un Vert et deux élus Rassemblement national…

Ce que le Mouvement Européen redoutait se produit sous nos yeux ; loin de clarifier le vote, le mode de scrutin à la proportionnelle sur liste nationale éloigne encore plus l’électeur du vote (en 2014, le vote était organisé par euro-circonscription) et de ses représentants au PE, favorise le jeu des appareils politiques (fussent-ils microscopiques) et donc l’éparpillement en de multiples listes concurrentes dans leur propre camp, qui mettent à mal les partis traditionnels, implantés localement (les Républicains, le PS, par exemple) de longue date, même si en recul depuis quelques élections. Il favorise les listes « populistes » sur le mode un chef et son peuple, un discours simple (voire simpliste) qui ne tient pas face au réel de la démocratie au jour le jour, faite d’avancées et de compromis, cette méthode étant celle qui a cours au Parlement européen….

Nous appelons donc chacun à examiner les programmes et les candidats, puis à aller voter !

Utilisez le comparateur de programmes sur le site du Mouvement Européen France

comparez les programmes et les votes clés des députés

 

Rouen-Normandie 2028, Capitale Européenne de la Culture.

Point de presse à l’issue du CA et de l’AG Rouen-Normandie 2028-Capitale Européenne de la Culture.

Le Mouvement Européen de Seine-Maritime a été élu au CA de l’association hier, le 29 avril au 106, et présenté par Frédéric Sanchez à  l’Assemblée Générale, où siégeaient ensemble des politiques, des économistes, des spécialistes de la culture et des citoyens. Je siègerai donc en tant que secrétaire du Mouvement Européen dans cette instance, avec ma suppléante Hélène Van de Walle.

Un point presse (cf photo) a conclu le démarrage de cette opération qui ouvrira sans doute une coopération qu’on espère la plus fructueuse possible entre la Métropole de Rouen et notre Mouvement Européen 76.

UN DÉFI IMPORTANT :

Les Capitales européennes de la Culture, opération lancée par Mélina Mercouri en 1985 (également année du lancement d’Erasmus), est une des opérations culturelles les plus populaires de L’Union européenne. Elle a pour buts de :

Valoriser la richesse et la diversité culturelle des cultures européennes,

Renforcer les liens culturels unissant les Européens et le sentiment d’appartenance à un espace culturel commun,

Favoriser la contribution de la culture au développement des villes.

LES ÉTAPES À FRANCHIR POUR ROUEN ET LA NORMANDIE :

2021-2022 : publication de l’appel à candidature dans les 2 pays d’accueil concernés en 2028, soit la France et la République tchèque. Pour la France nous serons en concurrence avec Bourges et Clermont-Ferrand, villes également candidates.

2022-2023 : la 1ère étape sera le dépôt d’une candidature solide et motivée.

2023 : présélection par un jury d’experts d’une « short list » de villes qui seront invitées à poursuivre leur démarche.

2024 : choix d’une ville par pays d’accueil par un jury et confirmation de ce choix par la Commission européenne.

2028 : lancement de l’année européenne de la Culture, avec on l’espère Rouen comme ville phare !!

EN GUISE DE CONCLUSION :

Rouen a de bons atouts et des marges de progression possibles, mais rien ne se fera sans la mobilisation de tous les acteurs des territoires normands, élus, associatifs, culturels, économiques, éducatifs. Pour notre part, nous aiderons à la réussite du projet grâce à notre réseau international et européen et forts de nos nombreux adhérents.

CHICHE ! UNIE DANS LA DIVERSITÉ est la devise de l’Union européenne, mais ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous divise ; or  la culture est un facteur puissant de rassemblement…

 

Bruxelles dicte sa politique économique à la France. Vraiment ?

 

La politique économique de la France est décidée en France. Toutefois, la France étant membre de l’Union européenne, sa politique économique a des répercussions sur les autres pays de l’UE : les décisions économiques prises à Paris ou à Berlin ont des conséquences sur la situation économique à Rome ou à Madrid. C’est pourquoi les politiques économiques de tous les États membres sont discutées au sein de l’Union européenne (et non imposées par elle !). Quand on partage la même monnaie, on bénéficie de ses avantages (stabilité, faible inflation, taux d’intérêt bas, suppression du change), mais on doit aussi respecter des règles communes (limitation du déficit et de la dette). Cependant, chaque État est libre de décider du niveau et de la répartition de ses dépenses publiques (éducation, santé, retraite, défense, etc.). La Commission européenne n’impose rien, elle veille à ce que les États membres de l’UE respectent les règles qu’ils se sont eux-mêmes fixées. Ni plus, ni moins.

Pourquoi faut-il coordonner les politiques économiques entre les pays de l’Union européenne ?

Parce que nous partageons la même monnaie. Si un État membre s’affranchit des règles communes et mène une politique d’endettement public excessif, cela peut avoir des effets néfastes pour les autres pays partageant la même monnaie. Par exemple, en augmentant sa dette de manière excessive, un État pourrait se trouver en défaut de paiement (il est trop endetté pour qu’on lui prête de l’argent), faisant peser un risque sur la stabilité financière et bancaire de l’ensemble de la zone euro.

A l’inverse, un état qui a des excédents financiers/commerciaux substantiels devrait les utiliser à la relance des économies voisines car nous sommes dans des économies interdépendantes et nous commerçons beaucoup entre nous. C’est le débat récurrent que nous avons avec l’Allemagne en France sur ce sujet. Nous revendiquons depuis les accords de Maastricht une politique budgétaire commune (et un bugdet européen plus significatif qu’un 1% du PIB des 28). C’est particulièrement crucial pour les 19 pays de la zone euro, qui n’ont pas tous des économies convergentes.

lire la suite

L’Europe est solidaire : le Fonds européen d’aide aux plus démunis.

 

L’Union européenne agit dans les États membres pour aider les personnes les plus vulnérables. Le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) contribue à l’assistance matérielle aux personnes vulnérables : aux Restos du Cœur, par exemple, près d’un repas sur 4 est distribué grâce aux financements européens !

Le Fonds européen d’aide aux plus démunis

La solidarité des pays de l’Union se manifeste par le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) qui soutient les actions des États membres pour apporter une assistance matérielle aux personnes vulnérables (denrées alimentaires, vêtements, savon…) tout en participant à leur réinsertion. Ce fonds est doté de 3,8 milliards d’euros pour 2014-2020, dont 500 millions d’euros pour la France (avec un cofinancement de 15 %).

Le gouvernement français a choisi d’utiliser le FEAD pour financer l’achat, le transport, le stockage et la distribution de denrées alimentaires. Une organisation intermédiaire, FranceAgriMer, est chargée de l’achat des denrées qui sont ensuite livrées à quatre organisations partenaires chargées de les distribuer : la Fédération Française des Banques Alimentaires, la Croix-Rouge Française, Les Restos du Cœur et le Secours Populaire Français. C’est un rouage essentiel de l’action de ces associations : aux Restos du Cœur, près d’un repas sur 4 est distribué grâce aux financements européens !

lire la suite

Oui, l’Europe agit pour les jeunes!

ERASMUS+, le Service Volontaire Européen, le corps européen de solidarité: l’Europe aide les jeunes à se former et à s’engager !

Le programme Erasmus+ a fêté ses 32 ans en 2019 ! Il a permis à 5 millions d’étudiants européens d’effectuer une partie de leurs études dans un établissement d’enseignement supérieur établi dans un autre pays. Aujourd’hui, Erasmus+ offre cette possibilité à tous : étudiants, mais aussi stagiaires, apprentis, professionnels, enseignants, bénévoles… Au total, ce sont 9 millions de personnes qui ont pu partir à l’étranger grâce à Erasmus + !

ERASMUS+ n’est pas seulement un programme visant à favoriser les échanges culturels entre les peuples européens, c’est aussi un vrai plus pour les compétences et l’employabilité des jeunes. Avoir effectué un séjour ERASMUS+ donne plus de chances d’obtenir un emploi : les jeunes ayant participé au programme sont moitié moins touchés que les autres par le chômage un an après leurs études.

Grâce à Erasmus+, les jeunes Européens de 17 à 30 ans peuvent faire un Service volontaire européen (SVE) et s’engager ainsi pour réaliser des missions d’intérêt général au sein d’associations ou de collectivités, dans le domaine de l’animation socioculturelle, de la protection du patrimoine ou de l’aide aux personnes en difficulté. C’est un vrai plus pour le CV et pour s’intégrer sur le marché du travail.

https://ec.europa.eu/france/news/20161213_decodeursue_europe_jeunes_fr

Tour d’horizon du Parlement européen à quelques semaines des élections

A quelques semaines des élections européennes, François Vié, Président de Mouvement Européen – Pas-de-Calais détaille dans sa tribune la répartition des sièges du futur Parlement européen selon le sondage de l’institut Kantar.

Le Parlement européen vient de publier les projections de sièges (705 dans le nouveau Parlement) établies par l’institut Kantar à sa demande. Selon cette estimation, les deux grands partis majoritaires sont en recul : le PPE (droite) avec 183 sièges est suivi des Socialistes et démocrates, 135 sièges, puis des libéraux, 75 sièges (93 si LREM les rejoint) et du groupe d’extrême droite ENL 59 sièges, des Verts, 45 sièges, et de la gauche radicale avec 46 sièges. Les trois partis eurosceptiques ou europhobe qui représentent 20% des sièges aujourd’hui progresseraient à 22 %. Mais 90 sièges viennent de non-inscrits ou de nouveaux partis qui ne sont pas affectés à ce jour aux groupes déjà mentionnés. Au total l’extrême droite progresse, sans toutefois mettre en péril le fonctionnement du Parlement.

Tour d’horizon du Parlement européen à quelques semaines des élections

MOUVEMENT EUROPEEN France : Demandez le programme!

Le mouvement européen se bat pour l’Union européenne depuis plus de 70 ans. Mouvement transpartisan, réunissant toutes les sensibilités politiques de droite et de gauche sincèrement attachées à la construction européenne, son projet est politique, ce que montre le programme ci-dessous:

VINGT-QUATRE propositions clés du Mouvement Européen – France
pour les Elections européennes des 23-26 mai 2019 et la législature 2019-2024!

L’Union européenne agit depuis de nombreuses années pour améliorer le quotidien des Européens : protection des consommateurs, affirmation d’un modèle environnemental, social et économique, libre circulation… Afin de relever les défis d’un monde instable et en transition, le Parlement européen élu en 2019, les institutions européennes et les Etats membres devront se montrer encore plus fermes et ambitieux à l’horizon 2024 pour dessiner l’Europe de 2025. Le 26 mai prochain, votons, car notre avenir c’est l’Europe – une Europe qui nous renforce !

Homepage

Le marché unique: un espace de liberté pour 500 millions d’Européens.

Le marché intérieur, l’une des grandes réussites de l’Europe, est d’abord et avant tout un espace de liberté : liberté d’étudier, de travailler ou de prendre sa retraite dans un autre pays européen, liberté de choix pour les consommateurs, liberté d’entreprendre. Lorsqu’une entreprise investit, l’enjeu n’est pas le même si elle dispose d’un marché de 66 millions ou de 500 millions de personnes ! 60 % des exportations françaises se font dans l’UE, ce qui représente environ 3,2 millions d’emplois. Un quart des salariés français travaillent dans une entreprise exportatrice ! Le marché unique joue un rôle moteur dans la construction d’une économie européenne plus solide, mais aussi plus équitable. Et si demain le marché intérieur cessait d’exister ? Nos voisins anglais, qui s’apprêtent à le quitter en mettant en oeuvre le Brexit (avec les difficultés que l’on sait) montrent qu’il n’est pas facile de s’en passer.

60 % des exportations françaises et 3,9 millions d’emplois pour la France

Aujourd’hui, les exportations de la France vers l’Union européenne représentent 60 % des exportations françaises, lesquelles assurent 3,9 millions d’emplois. Près de 120 000 entreprises françaises – petites et grandes – exportent 314 milliards d’euros  vers le reste de l’Union européenne. À titre de comparaison les entreprises françaises n’exportent que 33 milliards d’euros vers les États‑Unis et 16 milliards d’euros vers la Chine (chiffres 2016) . Les PME françaises profitent aussi du grand marché intérieur européen : 76 % des exportateurs français ont moins de 20 employés. Les PME du secteur de l’agro-alimentaire français sont particulièrement performantes à l’export, grâce notamment aux appellations d’origine protégées mises en place par le droit européen. Par ailleurs, pour aider les PME à accéder plus facilement aux marchés publics européens, la Commission européenne a créé la base de données TED. Pour les PME, il suffit d’un clic pour accéder en français à des appels d’offres en Finlande, en Autriche, mais aussi juste de l’autre côté de la frontière, comme en Allemagne ou en Belgique. En 2016, ce site a publié 460 000 marchés publics pour un montant de 420 milliards d’euros.

Pour en savoir plus

L’Europe investit pour la croissance et l’emploi !

Vadot - la semeuse (c) EC

Les États membres de l’Union européenne agissent ensemble pour relancer l’investissement en Europe, qui avait chuté fortement suite à la crise. L’Union s’est engagée à mobiliser 500 milliards d’euros d’investissements nouveaux d’ici 2020 pour dynamiser l’activité économique et contribuer à rendre l’économie européenne plus compétitive. Les résultats sont là : fin 2017, plus de 255 milliards d’euros ont été mobilisés, dont près de 40 milliards en France, pour financer des projets qui contribuent à la transition énergétique et numérique ou encore au développement des PME européennes.

…dont 40 milliards d’euros pour la France

La France est l’un des principaux bénéficiaires du plan d’investissement pour l’Europe. Le Fonds européen pour les investissements stratégiques y a déjà investi plus de 8,7 milliards d’euros qui vont permettre de mobiliser près de 40 milliards de financements dans l’économie dans les années qui viennent.

Le plan d’investissement pour l’Europe en France finance des projets dans quatre grands domaines:

  • la transition énergétique : l’Union européenne a investi dans des projets de production d’énergies renouvelables (solaire, éolien, en particulier) ainsi que dans la rénovation des bâtiments pour améliorer leur efficacité énergétique et lutter contre le «gaspillage» énergétique ;
  • les infrastructures : en particulier les infrastructures numériques (réseau très haut débit dans le Grand Est ou dans les Hauts de France par exemple), mais aussi le logement, en finançant un programme de construction de logements intermédiaires dans toute la France (des logements qui ne sont pas des HLM, mais dont le loyer est quand même inférieur aux logements du secteur privé) ;
  • le développement de l’industrie en France : le plan d’investissement a financé la construction de plusieurs usines de nouvelle génération (industrie 4.0) en France (en Normandie, en Auvergne) ainsi que des projets de recherche et d’innovation pour renforcer la compétitivité de l’industrie française ;
  • le financement des PME : le plan d’investissement a permis de mobiliser des nouveaux financements pour plus de 70 000 PME françaises, en particulier les PME innovantes.

Pour en savoir plus