Nous appelons Bruxelles à créer un “fonds corona”

Douze personnalités politiques allemandes dont Joschka Fischer, Daniel Cohn-Bendit, Jürgen Habermas demandent la création d’un fonds corona pour aider les pays les plus touchés de l’Union. c’est dans le Monde et Die Zeit du 3 avril.

Ce fonds serait créé par la Commission, il serait temporaire et permettrait aux pays les plus touchés de faire face au choc économique qui va suivre la crise sanitaire. Il « emprunterait à très long terme sur les marchés financiers internationaux et transférerait ensuite ces ressources aux Etats membres. Un tel dispositif éviterait aux Etats de creuser encore davantage leur dette. Le fonds disposerait de moyens, pris sur le budget de l’Union, pour payer les intérêts afférents à ces emprunts.»

Une pierre dans le jardin d’A. Merkel qui se refuse à créer un tel fonds, mais qui envisage de faire appel aux ressources du MES, doté de 400 milliards d’euros.

Pour lire l’intégralité de l’appel, lisible sur le site de voxeurop:

https://voxeurop.eu/fr/2020/appel-l-ue-5124547

 

 

Le ME 76 aux côtés des professeurs d’Histoire Géographie le 11 mars 2020

On interrogera le concept de démocratie européenne, en assistant à la conférence d’Emmanuel Morucci, professeur de sociologie à l’Université de Brest et conférencier à la Commission Européenne.

 

 

 

 

Où? A l’INSPE (ex IUFM, ex ESPE), 2 rue du Tronquet, à Mont Saint Aignan, Amphi Trénard .

Quand? A 14h30.

Pourquoi? Le programme de la spécialité Histoire- Géographie Sciences Economiques, dit de Géopolitique et Sciences politiques prévoit que les élèves de 1ères d’enseignement général abordent, depuis la rentrée 2019, le thème de la démocratie, dont notamment la construction européenne, non comme une construction achevée et modèle mais comme une espace démocratique en construction…

https://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/15/0/1e_HG-geopolitique-SP_Specialite_Voie_G_1027150.pdf

Comment? Cette conférence est organisée par l’APHG en Partenariat avec le Mouvement Européen 76. Venez nombreux!

Mercredi 5 Février: notre Assemblée Générale

Le Mouvement européen de Seine-Maritime tiendra sa prochaine assemblée générale statutaire le Mercredi 5 février De 17h30 à 20h00
Nous serons accueillis dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Normandie qui se situent :

4 Passage de la Luciline à Rouen
8eme étage (avec une vue imprenable sur le port)
Télécharger le plan

A l’issue des travaux, nous proposons à ceux qui le souhaitent de dîner ensemble dans un restaurant proche sur le port.
Afin d’organiser au mieux votre accueil, merci de nous retourner :

L’ordre du jour  comporte les points suivants

    • L’accueil de notre Assemblée par le Président de la CCI (ou son représentant)
    • La présentation des rapports d’activités et financier, de l’année 2019
    • Le rapport d’orientations, le programme et le budget de l’année 2020
    • L’élection des nouveaux administrateurs : une dizaine de postes sont à pourvoir
    • Chaque adhérent à jour de sa cotisation peut être élu
    • La durée du mandat est de trois ans. Il est renouvelable.
    • Le bureau sera élu par le nouveau conseil d’administration qui se réunira dans les semaines à venir

Au-delà de sa dimension statutaire, l’Assemblée générale  est un moment fort dans la vie de notre association. C’est tout particulièrement vrai cette année où l’Union Européenne entame une nouvelle mandature. Les responsables ont pris leurs fonctions, des priorités ont été fixées, le Parlement est au travail. Le Mouvement européen  doit  :

    • Partager avec nos concitoyens, mais aussi les entreprises, les collectivités ou les associations les initiatives européennes. Nous devons tout particulièrement nous attacher à montrer comment, au-delà des fonds européens, l’Europe  accompagne notre vie quotidienne., comment les programmes, les règlements, les directives sont au service de chacun d’entre nous,  comment l’Europe s’affirme comme un espace de paix et de prospérité dans un monde déstabilisé…
    • Mais nous devons aussi trouver les moyens  de faire remonter  aux responsables de l’Union la parole, les attentes des citoyens.
    • Le programme sur lequel nous travaillons pour 2020 s’inscrit dans cette perspective. Nous vous attendons nombreux le 5 février prochain  pour en débattre ensemble.

Philippe Thillay
Président du Mouvement européen
de Seine-Maritime

Européennes 2019 : Félicitations pour votre engagement dans la campagne!

Militants et adhérents du Mouvement Européen 76

Vous avez distribué des centaines de tracts du Mouvement Européen France sur les marchés de Seine Maritime appelant à voter européen.

Vous avez distribué le n° spécial  écrit en partenariat avec le journal La Croix sur le parlement européen, son rôle et les enjeux européens  de ces élections.

Vous avez également animé ou participé à des conférences débats sur les élections…

UN GRAND MERCI POUR VOTRE MOBILISATION…..

QUI A PERMIS DE FAIRE RECULER L’ ABSTENTION: 50,12% d’électeurs se sont déplacés pour voter (42 % en 2014!), en France.

ET PERMIS AUSSI UN VOTE PLUS EUROPEEN : 64,22% des électeurs se sont prononcés pour des partis pro-européens.

ENCORE UNE FOIS MERCI ET A TRES BIENTOT POUR D’AUTRES MOBILISATIONS!

 

La Normandie sera-t-elle bien représentée au futur Parlement Européen ?

La France bat tous les records de l’éparpillement des listes (33 à ce jour!) et au vu de l’examen de ces listes élaborées au plan national, il n’est pas certain que la région normande (3, 5 millions d’habitants) en sorte grandie en termes de représentation au futur parlement élu le 26 mai prochain.

En effet, les candidats normands sont- ils placés en position d’éligible  sur les listes des groupes donnés gagnants, au vu des sondages actuels, qu’il faut bien sûr considérer avec la plus grande prudence ? Le peloton de tête est à l’heure actuelle Renaissance (21% des intentions de vote) et le Rassemblement national (21%), suivi des Républicains (14%), la France insoumise (12%), debout la France (6%) les Verts (7%) puis le PS-Place publique/Envie d’Europe (5%), d’après les sondages.  Les sondages sont à prendre bien sûr avec des pincettes car nous les publions à 20 jours du vote, avec une marge d’erreur considérable car la campagne vient de démarrer et on donne le camp des abstentionnistes à 60% !

Les candidats normands les mieux placés (en absolu, leur chance d’éligibilité étant corrélée au score final de leur liste) sur leurs listes respectives sont:

David CORMAND, en 5ème position sur la liste des Verts, Arnaud HADRYS en 10ème position pour le PS/Place publique, Gilles LEBRETON en 11ème position pour le Rassemblement national, Stéphanie YON-COURTIN en 13ème position sur la liste Renaissance (LREM + Modem), Françoise GUEGOT en 22ème position sur la liste Les Républicains, Nicolas CALBRIX en 17ème position sur la liste Debout la France. A noter que le Rassemblement national pourrait même, au vu des intentions de vote avoir un deuxième élu normand en la personne de Nicolas BAY, étiqueté Ile de France, sur la liste, mais élu dans notre région.

Au final, notre région serait donc, en toute hypothèse et compte tenu des sondages actuels, représentée par 3 élus potentiels : un Vert et deux élus Rassemblement national…

Ce que le Mouvement Européen redoutait se produit sous nos yeux ; loin de clarifier le vote, le mode de scrutin à la proportionnelle sur liste nationale éloigne encore plus l’électeur du vote (en 2014, le vote était organisé par euro-circonscription) et de ses représentants au PE, favorise le jeu des appareils politiques (fussent-ils microscopiques) et donc l’éparpillement en de multiples listes concurrentes dans leur propre camp, qui mettent à mal les partis traditionnels, implantés localement (les Républicains, le PS, par exemple) de longue date, même si en recul depuis quelques élections. Il favorise les listes « populistes » sur le mode un chef et son peuple, un discours simple (voire simpliste) qui ne tient pas face au réel de la démocratie au jour le jour, faite d’avancées et de compromis, cette méthode étant celle qui a cours au Parlement européen….

Nous appelons donc chacun à examiner les programmes et les candidats, puis à aller voter !

Utilisez le comparateur de programmes sur le site du Mouvement Européen France

comparez les programmes et les votes clés des députés

 

Le marché unique: un espace de liberté pour 500 millions d’Européens.

Le marché intérieur, l’une des grandes réussites de l’Europe, est d’abord et avant tout un espace de liberté : liberté d’étudier, de travailler ou de prendre sa retraite dans un autre pays européen, liberté de choix pour les consommateurs, liberté d’entreprendre. Lorsqu’une entreprise investit, l’enjeu n’est pas le même si elle dispose d’un marché de 66 millions ou de 500 millions de personnes ! 60 % des exportations françaises se font dans l’UE, ce qui représente environ 3,2 millions d’emplois. Un quart des salariés français travaillent dans une entreprise exportatrice ! Le marché unique joue un rôle moteur dans la construction d’une économie européenne plus solide, mais aussi plus équitable. Et si demain le marché intérieur cessait d’exister ? Nos voisins anglais, qui s’apprêtent à le quitter en mettant en oeuvre le Brexit (avec les difficultés que l’on sait) montrent qu’il n’est pas facile de s’en passer.

60 % des exportations françaises et 3,9 millions d’emplois pour la France

Aujourd’hui, les exportations de la France vers l’Union européenne représentent 60 % des exportations françaises, lesquelles assurent 3,9 millions d’emplois. Près de 120 000 entreprises françaises – petites et grandes – exportent 314 milliards d’euros  vers le reste de l’Union européenne. À titre de comparaison les entreprises françaises n’exportent que 33 milliards d’euros vers les États‑Unis et 16 milliards d’euros vers la Chine (chiffres 2016) . Les PME françaises profitent aussi du grand marché intérieur européen : 76 % des exportateurs français ont moins de 20 employés. Les PME du secteur de l’agro-alimentaire français sont particulièrement performantes à l’export, grâce notamment aux appellations d’origine protégées mises en place par le droit européen. Par ailleurs, pour aider les PME à accéder plus facilement aux marchés publics européens, la Commission européenne a créé la base de données TED. Pour les PME, il suffit d’un clic pour accéder en français à des appels d’offres en Finlande, en Autriche, mais aussi juste de l’autre côté de la frontière, comme en Allemagne ou en Belgique. En 2016, ce site a publié 460 000 marchés publics pour un montant de 420 milliards d’euros.

Pour en savoir plus

L’Europe investit pour la croissance et l’emploi !

Vadot - la semeuse (c) EC

Les États membres de l’Union européenne agissent ensemble pour relancer l’investissement en Europe, qui avait chuté fortement suite à la crise. L’Union s’est engagée à mobiliser 500 milliards d’euros d’investissements nouveaux d’ici 2020 pour dynamiser l’activité économique et contribuer à rendre l’économie européenne plus compétitive. Les résultats sont là : fin 2017, plus de 255 milliards d’euros ont été mobilisés, dont près de 40 milliards en France, pour financer des projets qui contribuent à la transition énergétique et numérique ou encore au développement des PME européennes.

…dont 40 milliards d’euros pour la France

La France est l’un des principaux bénéficiaires du plan d’investissement pour l’Europe. Le Fonds européen pour les investissements stratégiques y a déjà investi plus de 8,7 milliards d’euros qui vont permettre de mobiliser près de 40 milliards de financements dans l’économie dans les années qui viennent.

Le plan d’investissement pour l’Europe en France finance des projets dans quatre grands domaines:

  • la transition énergétique : l’Union européenne a investi dans des projets de production d’énergies renouvelables (solaire, éolien, en particulier) ainsi que dans la rénovation des bâtiments pour améliorer leur efficacité énergétique et lutter contre le «gaspillage» énergétique ;
  • les infrastructures : en particulier les infrastructures numériques (réseau très haut débit dans le Grand Est ou dans les Hauts de France par exemple), mais aussi le logement, en finançant un programme de construction de logements intermédiaires dans toute la France (des logements qui ne sont pas des HLM, mais dont le loyer est quand même inférieur aux logements du secteur privé) ;
  • le développement de l’industrie en France : le plan d’investissement a financé la construction de plusieurs usines de nouvelle génération (industrie 4.0) en France (en Normandie, en Auvergne) ainsi que des projets de recherche et d’innovation pour renforcer la compétitivité de l’industrie française ;
  • le financement des PME : le plan d’investissement a permis de mobiliser des nouveaux financements pour plus de 70 000 PME françaises, en particulier les PME innovantes.

Pour en savoir plus

L’Europe est antisociale ! Vraiment ?

Vadot - Europe sociale (c) EC

«L’Europe ce n’est pas le Far West, c’est une économie sociale de marché !»
Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne.

L’égalité des chances et le droit à la protection sociale sont des valeurs fondamentales du projet européen. Ces valeurs distinguent l’Europe du reste du monde. Elles se traduisent par des règles européennes sur l’égalité entre femmes et hommes ou l’égalité entre types de salariés, sur la protection au travail (sécurité au travail, temps de travail) ainsi que sur la mobilité au sein de l’Union. Ces droits forment un minimum de protection que chaque État membre peut bien sûr choisir de dépasser. L’Union européenne investit aussi pour l’amélioration de la situation de l’emploi des citoyens européens grâce au Fonds social européen.

https://ec.europa.eu/france/news/20170207_decodeursue_europe_antisociale_fr

Cette fois je vote le 26 mai :

 

Pour:

  • Ecarter le danger populiste : les populistes dénoncent l’Union européenne, tout en profitant de sa générosité . Ils risquent de rendre le futur parlement ingouvernable et d’affaiblir ainsi l’Europe.
  • Renforcer la démocratie européenne: le parlement que vous élirez co- décide avec le Conseil européen, sur propositions de la Commission européenne, composée de 27 membres (1 commissaire par Etat).
  • Lutter contre le changement climatique, peser dans un environnement économique mondial très compétitif , l’Europe, c’est la bonne échelle.
  • Renforcer la zone euro: l’euro est sorti indemne de la crise financière, l’inflation est faible, mais les menaces existent ; donc il faut rendre la zone euro plus robuste.
  • Protéger les frontières extérieures de L’Union tout en accueillant dignement les demandeurs d’asile et les migrants économiques dont l’Union a et aura besoin..

Pour en savoir plus sur les élections européennes: un site de références sur Internet: Toute l’Europe

Charles MARÉCHAL, secrétaire du Mouvement Européen 76