du 22 au 26 juin : Géopolitique de la pandémie

Au fil des semaines, des informations mises à notre disposition, nous avons découvert des attitudes et des pratiques très différentes selon les pays. Si la Chine a manifesté une attitude autoritaire, tous les pays asiatiques n’ont pas agi de même. Les USA sont rapidement revenus sur leur première position, tandis que de nombreux pays d’Amérique ont développé des approches différenciées.  L’Europe n’est pas en reste. Les gouvernements ont très diversement réagi et la Commission européenne a eu le plus grand mal à jouer son rôle de coordination.

Deux mois plus tard, comment peut-on expliquer ces approches différentes ? Quelles perspectives peut-on entrevoir ? Peut-on y voir un recul des instances internationales ?

Au programme

  • Visioconférences:
    • Mercredi 24 juin 19h00:  Andres Cattaneo, Médecin, géopolitique de la pandémie
    • Vendredi 26 juin  10h00: Stéphanie Yon-Courtin Parlementaire européenne, l’Europe  après la pandémie
    • Participez à ces conférences, inscrivez-vous : https://bit.ly/ME76-mois-sante

Jean-Luc Léger, Président du CESER

Semaine 2: le renouveau industriel de l’Europe

Invités :
– Jean-Luc Léger, Président du CESER (Comité Économique Social et Environnemental Régional de Normandie), Président de Associations-et-Territoires.
– Bernard Leroy, Président de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, Chargé  par le Président de la région Normandie d’une mission sur la réindustrialisation de la Normandie. Ancien chef d’entreprise (pharmaceutique), Ancien maire du Vaudreuil, ancien député, ancien conseiller régional.
Animation :
Philippe Penot (PP)
Synthèse rédigée par Alain Ropers

PREMIERE PARTIE – M. JEAN-LUC LEGER
Bonjour Monsieur Jean-Luc Léger, vous êtes Président du CESER.  Le conseil économique, social et environnemental régional est une assemblée représentant les “forces vives” de la région que la Région consulte sur les grands dossiers régionaux parce qu’elles ont eu la capacité à s’élever au-dessus de la mêlée. Le CESER ne prend aucune décision mais émet des avis par lesquels il participe à l’administration de la Région. Je vous remercie au nom du Mouvement Européen de nous apporter un éclairage sur sa vision de la situation.

Première question. Quel regard sur notre industrie ?
PP : Ma première question porte sur le regard que vous posez, après cette crise sanitaire, sur notre industrie normande et en particulier celle qui s’étend tout le long de la Vallée de la Seine déjà mise à l’index après l’accident Lubrizol et à l’approche d’un Brexit potentiellement « dur ».

Jean-Luc Léger : Merci de votre accueil. Je rappelle que le CESER est composé de 3 collèges : un collège patronal, un collège syndical et un collège comprenant des associations, l’enseignement supérieur et la recherche.
La crise sanitaire aura bien sûr des répercussions importantes et le Brexit aussi. Par exemple, les Britanniques, qui ne produisent pas assez de produits agroalimentaires, vont-ils continuer à acheter ces produits en Normandie ? C’est un danger pour la filière agroalimentaire normande.
Crise sanitaire ou pas, la question industrielle se pose dans notre territoire, et partout en France aussi bien dans la vallée de la Seine, qui est l’axe principal de développement de la Normandie que dans la Vallée de Luynes dans le Perche, par exemple qui est aussi très industrielle, ou dans des territoires moins importants.

Déjà en 1789, Fernand Braudel, dans « l’identité de la France» mentionnait que les 5 départements normands étaient dans le top ten des plus riches de France. Bien entendu, à l’époque leur richesse était essentiellement liée à l’agriculture. Cette richesse initiale a constitué une chance pour notre région, mais aussi par la suite, une difficulté. En effet, des régions moins riches au départ, comme la Bretagne, ont dû se poser des questions : Comment s’en sortir ? Comment s’associer ? Ces questions ne se sont pas posées en Normandie, ou trop tard.
Par ailleurs, la Normandie a bénéficié de plans de déconcentrations industrielles successifs, sans que les Normands y soient pour quoi que ce soit.

Parmi les outils dont disposent tous les territoires pour leur développement, il y a ce qu’on appelle les corridors, par lesquels transitent les marchandises, par rail, par route, par voie fluviale, mais aussi l’énergie, les télécommunications, etc. Pour la Normandie, il s’agit du corridor  atlantique, qui part du Havre, passe par Paris, et bifurque vers Bordeaux puis l’Espagne, jusqu’à Cadix. Contrairement à d’autres corridors, dans les Pays-Bas, en Allemagne, ou même dans la partie est de la France et en Espagne ou en Italie qui sont pleins de ramifications, le nôtre va tout droit et n’est pas connecté, ni à la Bretagne, ni aux Pays de Loire, ni au réseau du nord de l’Europe. Le réseau ferré est insuffisant. Le réseau fluvial n’est pas connecté au réseau de Belgique et de Hollande.
Or, l’industrie a besoin de ramification. C’est un enjeu majeur. Il est vital pour la Normandie de travailler avec les autres régions en développant les ramifications, notamment vers le centre de l’Europe, vers le Portugal en ré-adhérant à l’arc atlantique, mais aussi vers l’Irlande qui peut-être un passage de contournement du Brexit vers le Royaume-Uni.
Le fret et l’industrie étant extrêmement liés, il serait bon d’avoir un tracé qui ne passerait pas obligatoirement par l’Île de France.

Deuxième question : Le pacte vert européen, une aide pour sortir de la crise?
PP : Vous avez évoqué l’atout que représentent les infrastructures financées par l’Europe sur lesquelles la Région pourra s’appuyer pour un rebond de notre économie ; pensez-vous que le pacte vert Européen puisse aussi être une opportunité pour sortir par le haut de cette crise ?

Jean-Luc Léger: C’est évidemment une des pistes. Il existe aussi un autre dispositif plus ancien,  les euro-régions, dispositif qui évoquait dès l’origine les questions économiques, d’emploi, de culture, mais aussi l’environnement et le changement climatique. En effet, l’UE a impulsé dès le début des 90 des politiques intéressantes qui n’étaient malheureusement pas travaillées à l’échelon national.
C’est ainsi que de grosses euro-régions comme celle de la Ruhr vers les Pays-Bas, ou ce qu’on appelle la grande région, qui comprend la Suisse, le Grand Est, la Sarre, la Wallonie, le Luxembourg, ont contribué grandement au développement économique de leurs territoires.

En Normandie, on aurait pu faire une euro-région avec une partie de l’Angleterre, mais le cours de l’Histoire en a décidé autrement. Aujourd’hui, la Normandie, la région des Hauts de France et une partie du Benelux et de l’Allemagne devraient travailler ensemble et de façon très complémentaire. Nous devons nous allier politiquement et économiquement, et anticiper.
Parmi les secteurs porteurs, on peut citer les micro-algues. Ce secteur est encore au stade de la recherche, mais il concerne des domaines très divers, comme l’alimentation, les médicaments, les matériaux routiers, etc.
Évoquons le cas de la Chapelle-Darblay, qui ferme ses portes, alors que cette usine traite le tiers des cartons et déchets au plan national ! Il faut se mobiliser pour la poursuite de cette activité. En effet, le déchet devient une matière première, donc un élément vital, écologique, et en même temps local, ce qui devrait permettre de mobiliser des moyens, notamment européens. Produire chez nous c’est à la fois une question de souveraineté et de survie pour notre industrie.

Troisième question.  Quelle attractivité pour la Normandie ?
PP : Aujourd’hui diriez-vous que l’attractivité de la Normandie est favorable à la relocalisation d’une activité industrielle ?

Jean-Luc Léger: L’attractivité est multifactorielle. Ce n’est pas seulement une question d’avantage fiscal, de coût de la main d’œuvre, c’est tout un ensemble. Il faut un environnement social favorable. L’industrie a besoin d’attirer des ingénieurs, des cadres, des techniciens supérieurs. C’est une question de salaire, bien-sûr, mais plus largement de bien être, prenant en compte l’accès à la santé, l’existence de maternités, la démographie médicale, la possibilité d’une vie culturelle de niveau suffisant, les écoles et les universités pour les enfants, un travail pour le conjoint, etc. Certaines petites villes, malgré toutes leurs qualités, malgré les efforts faits par les intercommunalités pour revivifier le commerce, ne sont pas attractives pour les cadres.

L’attractivité, c’est aussi la capacité à réunir des financements. Dans ce domaine, notons que la recherche normande travaillait beaucoup avec les britanniques et que eux étaient particulièrement performants pour savoir trouver des fonds européens.

Remerciements de Philippe Penot à Jean-Luc Léger, et quelques mots de transition vers la deuxième partie de la réunion avec Bernard Leroy.

Réalisation de la visioconférence 
Gérard Grancher

Bernard Leroy, Président de la Communauté d’agglomération Seine-Eure

Semaine 2: le renouveau industriel de l’Europe

Invités :
– Jean-Luc Léger, Président du CESER (Comité Économique Social et Environnemental Régional de Normandie), Président de Associations-et-Territoires.
– Bernard Leroy, Président de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, Chargé par le Président de la région Normandie d’une mission sur la réindustrialisation de la Normandie. Ancien chef d’entreprise (pharmaceutique), Ancien maire du Vaudreuil, ancien député, ancien conseiller régional.
Animation :
Philippe Penot (PP)
Synthèse rédigée par Alain Ropers

DEUXIEME PARTIE – M. BERNARD LEROY
PP : Bonjour Monsieur Bernard Leroy, quelques mots d’introduction pour vous présenter avant d’entrer dans le cœur de notre sujet. Pour reprendre vos mots : “Que ce soit en tant qu’élu régional, président de l’Agence Régionale de Développement de Haute-Normandie, parlementaire, chef d’entreprise ou élu local, vous avez toujours mis votre passion du développement industriel au service du territoire normand”. Aussi aujourd’hui c’est tout légitimement qu’Hervé Morin fait appel à vos compétences et votre expérience pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie visant la redynamiser l’industrie de notre Région confrontée à une crise sanitaire sans précédent.

Première question. Peut-on relocaliser notre industrie ?
PP : Venons-en au cœur du sujet ; en faisant apparaître au grand jour les difficultés d’approvisionnement de certains produits clefs et la dépendance des producteurs nationaux aux marchés étrangers, la crise de la Covid-19 a suscité un engouement pour le « made in France ». “Il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance” a déclaré Emmanuel Macron fin mars.  Mais les raisons structurelles qui ont poussé à la délocalisation (coût du travail, manque de formation, etc.) ne sont-elles pas toujours présentes ?  Alors ré-industrialiser, relocaliser, on en parlait avant le coronavirus. Dans le “monde d’après” est-ce un vœu, une volonté réaliste ou une tendance nécessaire sur laquelle s’appuyer ? Et quels secteurs faut-il réindustrialiser en priorité ?

Bernard Leroy Merci de l’invitation. Vous évoquez la mission que m’a confiée Hervé Morin. Effectivement l’industrie a une place très importante pour notre région, puisque elle représente 20% de son PIB, alors que la moyenne nationale est de 12%. C’est aussi le cas de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure (CASE) qui comprend 103 000 habitants, territoire qui a toujours été industriel depuis deux siècles, notamment avec l’industrie textile. Pour la petite histoire, la redingote de Napoléon était en drap de Louviers, ce qui faisait dire à l’empereur : « Je mets mon Louviers ». Ce territoire présente aussi un taux d’emploi féminin très élevé. Mais toutes les entreprises qui faisaient sa richesse il y a 50 ans ont disparu. Leur faible valeur ajoutée et leur marché uniquement domestique, local et français, ont fait qu’elles n’ont pas résisté à la première vague de la mondialisation. Ce fut un désastre économique.
Avec les villes nouvelles ont été créés des parcs d’activité à la californienne, c’est- à-dire des entreprises à forte valeur ajoutée et fortement exportatrices, dans les secteurs, de la pharmacie (Sanofi Pasteur), des parfums, du luxe, de la productique. Actuellement le territoire représente 40 000 emplois dont la moitié dans l’industrie.

La pandémie a révélé aussi un changement de regard sur l’industrie de la part du grand public qui a compris que, pour faire des vaccins, il faut des usines à vaccins. L’image de l’usine a changé et le mot « usine » est maintenant accepté, malgré les nuisances, même si à Rouen, c’est encore très différent à cause de l’incendie de l’usine Lubrizol.

La mission que m’a confiée Hervé Morin, c’est de dégager des lignes de forces permettant de nouvelles industrialisations, en analysant les points forts et en travaillant dessus, et en identifiant quels sont les problèmes spécifiques à nos
12 filières stratégiques normandes, pour bien trouver les bons critères à partir desquels répartir les aides éventuelles.
– Par exemple, les médicaments sont dépendants des principes actifs qui sont fabriqués ailleurs.
– Pour les cosmétiques, c’est le problème des fournisseurs, les flacons, les pompes, les vases, etc.
– Le secteur automobile est lié à la transition vers l’électromobilité, à la fabrication des batteries.
– L’aéronautique ne s’appuie pratiquement plus que sur un pilier : la défense.
– Pour l’agro-industrie, il y a les problèmes de traçabilité, de machines-outils, etc.
– La transformation de nos usines actuelles en usine 4.0 nécessite d’attirer des start-up pour fournir des logiciels, etc.

Il faut noter aussi une pénurie de foncier sur l’axe de la Seine pour implanter des industries. Dans la métropole, par exemple les terrains sont souvent pollués, ce qui nécessite des procédures longues et coûteuses. Souvent, il faut 8 ou 10 ans avant de pouvoir implanter une usine. C’est toute la difficulté de la ré-industrialisation.
C’est pour cela qu’il faut anticiper, pour identifier les sites et définir très en amont la spécialisation des parcs pour créer une sorte d’écosystème et d’économie circulaire.
Voilà comme je vais travailler. De façon concrète et pragmatique.

Deuxième question. Comment l’industrie doit-elle s’adapter ?
PP : La crise a aussi révélé la capacité d’usines à adapter leurs machines pour produire les équipements nécessités par la crise sanitaire : des producteurs de parfum fabriquent du gel, des fabricants de textiles techniques des masques, d’autres s’unissent pour aider Air Liquide à produire plus de respirateurs. L’indépendance stratégique ne peut-elle pas aussi s’obtenir en faisant preuve d’agilité, en utilisant la flexibilité des usines pour produire en urgence les appareils et machines dont on a besoin, même si ces usines fabriquent d’autres produits en temps normal. L’industrie 4.0 n’est-elle pas une réponse possible à notre indépendance en particulier ?

Bernard Leroy : Pendant les 2 mois de confinement, notre industrie a montré sa remarquable capacité d’adaptation, d’agilité, etc. Par exemple, l’entreprise Dedienne près de Gaillon, une PME de 700 personnes spécialisée dans les matériaux polymères s’est mise à fabriquer des visières en imprimante 3D, et s’est attachée à réduire la partie jetable des masques.
Mais c’est circonstanciel. Une adaptation plus profonde reste nécessaire, car l’économie mondiale restera ouverte même si ce ne sera sans doute plus la mondialisation à outrance. Il convient donc de différencier ce qui est critique ou pas.
Par exemple, Sanofi fabrique aussi des principes actifs dans plusieurs de ses sites, dont deux sont implantés en France, mais aussi en Angleterre, en Italie, en Allemagne et en Hongrie. Sanofi pourrait livrer à ses concurrents mais ça nuirait à son marché. Donc les concurrents se fournissent ailleurs, et deviennent dépendants de la Chine, par exemple.

C’est aussi un problème de coût, puisque la fabrication des principes actifs revient environ deux fois plus cher en Europe qu’en Inde ou en Chine. Mais, il faut aussi relativiser : la fabrication du principe représente environ 30% du prix de l’industrialisation, qui elle-même ne représente que 10% du prix total d’un médicament. Le principe actif ne représente donc que 3% du prix du médicament.
Ne peut-on pas trouver un financement supplémentaire pour ces 3% et s’affranchir ainsi d’une dépendance vis à vis de l’Inde ou de la Chine ?
Les crises sont révélatrices des comportements, et il apparaît que de nouvelles interactions sont possibles entre l’Europe, les États et les territoires.

Troisième question. Quelle politique industrielle européenne ?
PP : Quelle place, selon vous, peut et doit prendre l’Europe dans cette stratégie ? Que devraient-être les grandes lignes d’une politique industrielle Européenne (extérieure et intérieure) qui aideraient à la réalisation de votre mission et favoriseraient dans les secteurs fondamentaux sécurité et indépendance ?

Bernard Leroy : Il y a un exemple pertinent : l’Europe de la défense. C’est un sujet sensible qui divise les formations politiques à droite an centre et à gauche, et qui a un gros impact sur les PME de technologie de défenses. Si on ne fait pas cette industrie de la défense européenne, toutes ces entreprises seront mortes. Et pourtant, c’est typiquement un sujet pour lequel on a beaucoup d’atouts, de l’innovation, de la créativité, et la capacité à faire quelque chose. On a intérêt à faire chacun un pas pour avancer, sans ça c’et le drame.
Le monde va rester forcément ouvert, on ne peut pas revenir à la calèche. Il y a bien sûr des technologies qu’on a perdues, mais dans tous les secteurs industriels il faut continuer à jouer sur les points forts sur lesquelles on doit travailler. C’est compliqué mais c’est faisable.

Réalisation de la visioconférence 
Gérard Grancher

 

Dialogue avec les participants

Semaine 2: le renouveau industriel de l’Europe

Invités :
– Jean-Luc Léger, Président du CESER (Comité Économique Social et Environnemental Régional de Normandie), Président de Associations-et- Territoires.
– Bernard Leroy, Président de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, Chargé par le Président de la région Normandie d’une mission sur la réindustrialisation de la Normandie. Ancien chef d’entreprise (pharmaceutique), Ancien maire du Vaudreuil, ancien député, ancien conseiller régional.
Animation :
Philippe Penot (PP)
Synthèse rédigée par Alain Ropers

TROISIEME PARTIE – DIALOGUE AVEC LES PARTICIPANTS

André Calentier : Question pour Bernard Leroy. On sait que dans le secteur automobile, les moteurs hybrides et électriques sont aussi polluants et déjà dépassés. Ne faut-il pas viser plutôt le moteur à hydrogène ?
Bernard Leroy : La recherche sur le moteur à hydrogène avance, notamment sur les camions. Mais l’électrique est-il mort ? Pas vraiment. Il y a encore du temps. On a des usines qui fournissent les fabricants de batteries partout dans le monde. L’usine Renault de Cléon fabrique des moteurs électriques. Ne tuons pas l’émergence d’une industrie locale performante, alors qu’on a déjà perdu, vague après vague l’industrie textile, puis l’industrie du petit électrique, pensons à la prochaine vague.

André Calentier : Question pour Jean-Luc Léger. L’axe atlantique pourrait être une chance pour la Normandie, mais il n’y a pas de TGV suffisants, pas d’aéroports dignes de ce nom.
Jean-Luc Léger : Il n’y aura pas de TGV, c’est vrai. Mais, néanmoins, en ce qui concerne la distribution des marchandises, il faut libérer les sillons (du kilomètre/temps).
Si on compare notre région avec Anvers ou Rotterdam, où le fret ferroviaire est très actif et le fluvial très développé, on se rend compte de l’importance du canal Seine-Nord sans lequel l’Île de France est plus un cul-de-sac qu’un lieu de transitions. Quant aux infrastructures routières et ferroviaires, elles devraient être moins en étoile mais de plus en plus circulaires, et contourner l’Île de France quand ce n’est pas nécessaire d’y passer. Les voies ferrées existent, mais ne sont pas forcément adaptées, il s’agit plus de les moderniser que d’en créer de nouvelles.
Bernard LeroyTout à fait d’accord, il faut contourner Paris.

Paul Astolfi : Comment préserver et reconquérir notre souveraineté ?
Jean-Luc Léger : La question est vaste. Elle ne concerne pas seulement l’industrie, mais aussi d’autres domaines économiques, les services, les infrastructures, l’accompagnement à l’export, etc. Mais ne pas tout produire chez nous n’est pas forcément un recul considérable. Il faut raisonner au niveau du marché interne de l’UE. La souveraineté ne doit pas forcément être normande ou française mais à dimension variable selon les domaines.

Richard Lecoeur : L’avenir est à des industries à forte valeur ajoutée. Pensez-vous que ça implique des salariés à valeur ajoutée, avec un grand besoin de qualifications ?
Bernard Leroy : C’est évident. Les recrutements se font à l’échelle européenne aujourd’hui, car on ne trouve pas nécessairement sur place la qualification requise. Par exemple, dans le secteur de la pharmacie, nous disions, sous forme de boutade qu’à chaque fois qu’on créait un emploi de haut niveau, on créait aussi un chômeur : le conjoint. La faculté de pharmacie n’avait pas l’option pharmacie industrielle. On a maintenant créé la filière. De même, on a créé un diplôme pour former l’encadrement moyen etc. On a fait des bourses régionales de recherche. On était les premiers en 1985.
La proximité d’établissement d’enseignement et la recherche sont essentielles pour l’implantation d’industries. On peut imaginer faire monter le tertiaire supérieur sur Rouen et conforter la périphérie industrielle. C’est le cas de Ferrero.

???? :  sur la filière médicale. Robotique santé, i-médecine, etc. est-ce un axe important dans votre rapport ?
Bernard Leroy : Nous avons la chance à Rouen, d’avoir un très bon CHU de renommée mondiale sur lequel on peut miser. La télémédecine, la télé-expertise, ont été une révélation de cette crise sanitaire, alors que beaucoup de médecins étaient réfractaires jusque-là. C’est bien, mais l’avenir c’est aussi la santé connectée, qui intervient dans la fabrication des pompes et des valves, par exemple. On crée maintenant des pulvérisateurs pour asthmatiques, dans lesquels sont implantées des puces permettant au médecin de vérifier si les prises et les inhalations sont faites au bon moment, etc. C’est un secteur qui offre des possibilités colossales.

PP : nous arrivons au terme de cette réunion, mais je risque une dernière question. Quand pensez-vous récupérer le niveau économique d’avant la crise en termes d’emploi ?
Bernard Leroy : Il y a des secteurs qui  n’ont pas souffert, d’autres qui sont peu impactés, mais les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile ont dérouillé. Les gens vont-ils remonter dans les avions ? Les touristes vont-ils revenir ? L’automobile devrait repartir assez vite, car on constate que les concessionnaires vendent comme des malades en ce moment. Le goût de la mobilité n’a pas disparu au contraire, après cette immobilisation forcée. L’industrie va moins souffrir que le tourisme. Tout sera différent d’un territoire à l’autre.

Philippe Penot remercie les invités.
Alain Ropers résume les idées principales qu’il a notées

Philippe Thillay indique que le débat se poursuit sur le site internet du ME76 et invite les participants à le visiter.

Fin de la réunion à 18h30

Réalisation de la visioconférence 
Gérard Grancher

Gestion du coronavirus : ce sont des hommes qui donnent les ordres

Traduction par Florence Aston de l’article du Guardian de Gaby Hinsliff : On coronavirus, men are calling all the shots. We’re seeing why it matters
https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/may/22/coronavirus-me-call-shots-women-cautious-government?CMP=Share_iOSApp_Other

Présentation de l’article

Le Royaume-Uni est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre de décès. Au début de l’épidémie, le chef du gouvernement avait décidé d’adopter la même méthode que les Suédois, mais il a changé de politique lorsque le nombre de décès est devenu incontrôlable, continuant toutefois à dire qu’il n’avait peur de rien et serrant les mains de tout le monde y compris des malades atteints de la Covid. Cela a conduit à son hospitalisation et au désastre sanitaire. La journaliste qui a écrit l’article ci-dessous reprend les propos d’une députée du Labour qui attribue l’échec de la gestion de l’épidémie à la composition du gouvernement qui ne comporte que très peu de femmes. Elle donne en exemple les pays gouvernés par des femmes, mettant en avant que les gouvernements paritaires ont mieux géré la crise du Coronavirus.

L’article comporte une courte vidéo filmée à la Chambre des Communes où l’on voit une députée du Labour reprocher à Boris Johnson le peu de femmes que comporte son gouvernement pour gérer la crise du Coronavirus alors que les femmes constituent l’essentiel des équipes médicales qui affrontent l’épidémie.

Lire l’article en son entier

Pour une politique commune de la santé !

le ME76 a décidé de mobiliser et développer des initiatives au niveau local afin de faire de ce mois de juin 2020, Coronavirus oblige, le mois de la santé. Dans ce cadre, il soutient l’appel des 12 présidents du Mouvement Européen international, dont Yves Bertoncini, à développer une politique européenne ambitieuse et souveraine… de la  santé, une politique commune,

et pour commencer d’en faire une compétence partagée (1)… une coordination vitale en ces temps difficiles.

[1] :  Le traité permet une compétence partagée dans le domaine de la santé publique et de la sécurité sanitaire. Art 168.5 -TFUE

C’est seulement ensemble que les Européens pourront surmonter la crise du Coronavirus

Le Plan de relance franco-allemand : enfin !

La solidarité européenne passe par une mutualisation de la dette…

Ce n’est pas l’image de la visio- conférence du 18 mai

Le 18 mai, lors d’une visioconférence de presse et après des semaines de discussions, France et Allemagne ont sauté le pas, en proposant que la Commission Européenne s’endette à hauteur de 500 milliards d’euros et verse cet argent aux états, régions et secteurs les plus touchés par la crise de la Covid-19. Ces versements se feront par le biais du budget communautaire, un effort très important puisque cette somme équivaut à 3 fois et demi le budget annuel européen.

Ce sera à l’Union Européenne, et non aux États emprunteurs, de rembourser cette dette. La commission présentera son plan de relance le 27 mai, et la proposition franco-allemande en devient une brique incontournable, même si cela va faire tiquer les États frugaux qui auraient souhaité que la relance soit financée par des prêts aux États déjà les plus endettés !! c’est-à-dire la Grèce, l’Italie et dans une moindre mesure la France déjà les plus touchés par la Covid- 19 (hormis la Grèce) …

La chancelière s’est laissée convaincre par le président Emmanuel Macron. L’arrêt de la cour de Karlsruhe, interdisant l’utilisation par la BCE de l’arme monétaire pour financer la dette à venir (c’est-à-dire la fameuse planche à billets tant redoutée par les allemands du fait de leur histoire) a pu faire évoluer également la chancelière.

Le défi posé à la Commission présidée par Ursula von der Leyen : faire accepter cette proposition par les États les plus “radins”.

plan de relance en visio conf.
3 ans après et un long travail préalable

La relance européenne comportera 3 autres volets

Une Europe de la santé : l’ébauche d’une politique commune ?

Le Covid 19 a montré là aussi que la  désunion est le problème, car en se battant en ordre dispersé, les États ont commis des erreurs qui se sont payées au prix fort. Le manque de masques, de tests, la  recherche médicale en ordre dispersé, ce n’est plus acceptable, sauf à laisser la porte ouverte à d’autres pandémies. Aujourd’hui, France et Allemagne semblent décidées à faire de la santé, sinon une compétence exclusive, du moins une compétence partagée.

Une Europe verte : France et Allemagne réaffirment l’urgente nécessité d’accélérer le “green deal”.

La Covid-19 est le produit indirect d’une crise écologique, une zoonose de l’anthropocène. L’homme ne pourra plus déforester impunément, créer des villes invivables, polluer l’air et les océans. L’Union Européenne va renforcer et coordonner des politiques de transition permettant d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Là aussi, la France et l’Allemagne peuvent faire beaucoup, notamment conditionner les aides du plan de relance en fixant des critères environnementaux contraignants.

Construire des champions européens dans des secteurs stratégiques.

L’Europe avance par crise : la pandémie oblige à réviser les textes sacrés des traités, et en particulier, ceux concernant la politique européenne de la concurrence. Pour résister au duo de la Chine-Amérique, l’urgence, là aussi la Covid-19 nous l’a montré, est de construire des champions des biotechnologies, de l’énergie, du numérique, de la santé, capables de nous armer face aux pandémies à venir. Et de faire preuve, au niveau européen de souveraineté stratégique.

Sources:

La Croix:

https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/UE-plan-relance-franco-allemand-constitue-tournant-historique-2020-05-

le Monde du 20 mai, pages 1 et 2

https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/revue-de-presse-la-france-et-l-allemagne-proposent-un-plan-de-relance-inedit.html

 

 

 

 

Nous appelons Bruxelles à créer un “fonds corona”

Douze personnalités politiques allemandes dont Joschka Fischer, Daniel Cohn-Bendit, Jürgen Habermas demandent la création d’un fonds corona pour aider les pays les plus touchés de l’Union. c’est dans le Monde et Die Zeit du 3 avril.

Ce fonds serait créé par la Commission, il serait temporaire et permettrait aux pays les plus touchés de faire face au choc économique qui va suivre la crise sanitaire. Il « emprunterait à très long terme sur les marchés financiers internationaux et transférerait ensuite ces ressources aux Etats membres. Un tel dispositif éviterait aux Etats de creuser encore davantage leur dette. Le fonds disposerait de moyens, pris sur le budget de l’Union, pour payer les intérêts afférents à ces emprunts.»

Une pierre dans le jardin d’A. Merkel qui se refuse à créer un tel fonds, mais qui envisage de faire appel aux ressources du MES, doté de 400 milliards d’euros.

Pour lire l’intégralité de l’appel, lisible sur le site de voxeurop:

https://voxeurop.eu/fr/2020/appel-l-ue-5124547

 

 

Le ME 76 aux côtés des professeurs d’Histoire Géographie le 11 mars 2020

On interrogera le concept de démocratie européenne, en assistant à la conférence d’Emmanuel Morucci, professeur de sociologie à l’Université de Brest et conférencier à la Commission Européenne.

 

 

 

 

Où? A l’INSPE (ex IUFM, ex ESPE), 2 rue du Tronquet, à Mont Saint Aignan, Amphi Trénard .

Quand? A 14h30.

Pourquoi? Le programme de la spécialité Histoire- Géographie Sciences Economiques, dit de Géopolitique et Sciences politiques prévoit que les élèves de 1ères d’enseignement général abordent, depuis la rentrée 2019, le thème de la démocratie, dont notamment la construction européenne, non comme une construction achevée et modèle mais comme une espace démocratique en construction…

https://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/15/0/1e_HG-geopolitique-SP_Specialite_Voie_G_1027150.pdf

Comment? Cette conférence est organisée par l’APHG en Partenariat avec le Mouvement Européen 76. Venez nombreux!

Mercredi 5 Février: notre Assemblée Générale

Le Mouvement européen de Seine-Maritime tiendra sa prochaine assemblée générale statutaire le Mercredi 5 février De 17h30 à 20h00
Nous serons accueillis dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Normandie qui se situent :

4 Passage de la Luciline à Rouen
8eme étage (avec une vue imprenable sur le port)
Télécharger le plan

A l’issue des travaux, nous proposons à ceux qui le souhaitent de dîner ensemble dans un restaurant proche sur le port.
Afin d’organiser au mieux votre accueil, merci de nous retourner :

L’ordre du jour  comporte les points suivants

    • L’accueil de notre Assemblée par le Président de la CCI (ou son représentant)
    • La présentation des rapports d’activités et financier, de l’année 2019
    • Le rapport d’orientations, le programme et le budget de l’année 2020
    • L’élection des nouveaux administrateurs : une dizaine de postes sont à pourvoir
    • Chaque adhérent à jour de sa cotisation peut être élu
    • La durée du mandat est de trois ans. Il est renouvelable.
    • Le bureau sera élu par le nouveau conseil d’administration qui se réunira dans les semaines à venir

Au-delà de sa dimension statutaire, l’Assemblée générale  est un moment fort dans la vie de notre association. C’est tout particulièrement vrai cette année où l’Union Européenne entame une nouvelle mandature. Les responsables ont pris leurs fonctions, des priorités ont été fixées, le Parlement est au travail. Le Mouvement européen  doit  :

    • Partager avec nos concitoyens, mais aussi les entreprises, les collectivités ou les associations les initiatives européennes. Nous devons tout particulièrement nous attacher à montrer comment, au-delà des fonds européens, l’Europe  accompagne notre vie quotidienne., comment les programmes, les règlements, les directives sont au service de chacun d’entre nous,  comment l’Europe s’affirme comme un espace de paix et de prospérité dans un monde déstabilisé…
    • Mais nous devons aussi trouver les moyens  de faire remonter  aux responsables de l’Union la parole, les attentes des citoyens.
    • Le programme sur lequel nous travaillons pour 2020 s’inscrit dans cette perspective. Nous vous attendons nombreux le 5 février prochain  pour en débattre ensemble.

Philippe Thillay
Président du Mouvement européen
de Seine-Maritime